Alger - Paris : Air Algérie annonce la reprise de ses vols de rapatriement

La compagnie nationale Air Algérie a annoncé, jeudi 15 octobre, la reprise de ses vols de rapatriement. Le transporteur aérien a fait savoir que les réservations des billets d’avion étaient ouvertes pour un vol Alger- Paris-Charles de Gaulle, prévu jeudi 22 octobre.

Dans un communiqué rendu public, Air Algérie annonce qu’un nouveau vol de rapatriement Alger - Paris-Charles de Gaulle est ouvert à la vente dès ce vendredi 16 octobre. La compagnie nationale indique que le vol est ouvert à la réservation via le « call center » de la compagnie Air Algérie. L’achat des billets sera possible en agence (Audin, Hôtel Aurassi et Terminal) à compter de dimanche 18 octobre.

Ce vol de rapatriement concerne les ressortissants européens, les étrangers résidents en France et les Algériens détenteurs d’un visa D pour un pays de l’espace Schengen. Air Algérie conseille aux voyageurs de s’assurer, avant le départ, « de remplir les conditions d’entrée au pays de destination (France, ndlr) en consultants les sites gouvernementaux ».

Société Voici pourquoi le principal lycée musulman de France sera privé de ses 500'000 euros de subventions par an

Pour rappel, le dernier vol de rapatriement d'Air Algérie remonte au 11 septembre dernier, au départ de l’aéroport international Paris-Orly. Plusieurs centaines de passagers se sont présentés à l’aéroport, mais seuls les détenteurs de billets d’avion Air Algérie et de confirmations de vol ont pu embarquer.

Bien que plusieurs appels aient été lancés pour la réouverture des frontières en Algérie, les instances décisionnelles du pays excluent cette option tant que la situation sanitaire n’aura pas connu une amélioration dans les pays voisins.

En effet, la date de la reprise des vols internationaux n'a pas encore été arrêtée. C’est ce qu’avait annoncé Abdelmadjid Tebboune : « C’est une décision scientifique et non politique et elle sera prise en concertation avec les scientifiques », avait-il déclaré, affirmant que la priorité était la santé des citoyens.


Vous aimez cet article ? Partagez !