Selon la presse française, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, devrait ordonner l’expulsion de 231 étrangers, dont des Algériens, fichés pour radicalisation. Il réunira, ce dimanche 18 octobre, les préfets de France pour leur demander d’entamer les procédures d’expulsion de ces ressortissants étrangers.

En effet, Gérald Darmanin, réunira, ce dimanche, les préfets de France pour activer la procédure d’expulsion de 231 étrangers, principalement des ressortissants algériens, tunisiens et marocains, figurant sur le Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Cette décision intervient quelques jours après la décapitation du professeur d'histoire-géographie Samuel Paty, vendredi 16 octobre, après qu'il eut montré à ses élèves des caricatures du prophète Mohammed, dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression.

En outre, le ministre français de l’Intérieur a prévu d’effectuer, dimanche 25 et lundi 26 octobre, une visite en Algérie pour demander aux autorités locales de récupérer leurs ressortissants radicalisés et en situation irrégulière en France. Par la suite, il se rendra en Tunisie pour les mêmes raisons.

Notons que la semaine dernière, Gérald Darmanin s'est déplacé au Maroc pour solliciter la coopération de Rabat au sujet de l'expulsion de neuf Marocains figurant sur le FSPRT français. Selon les médias français, 180 personnes, actuellement emprisonnées, sont concernées par la décision d’expulsion et 51 autres, en liberté, vont être interpellées dans les prochaines heures.

À lire aussi :  Le Maroc profite de la faiblesse du gouvernement espagnol

Dans le même contexte, Gérald Darmanin « a décidé que le statut de réfugié ne soit plus accordé de manière automatique », remettant, ainsi, en question le droit d'asile. Le sujet sera évoqué, ce dimanche, au Conseil de Défense à l’Elysée. Il importe de rappeler que cette dernière décision a été longtemps réclamée par la droite.

Lire aussi : Radicalisation des sans-papiers en France : Les chiffres rares du gouvernement