L’homme politique et ancien président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Saïd Sadi, a réagi, ce mercredi 21 octobre, à la décision prise par l'APN de lever l'immunité parlementaire au député et actuel président du RCD, Mohcine Belabbas. Il a condamné cette décision injuste, selon lui, tout en affirmant que « quand la politique rentre dans le palais, la justice en sort ».

Dans une nouvelle contribution postée sur sa page Facebook, Saïd Sadi a dénoncé ce qu'a subi Mohcine Belabbas, qui s'est vu retirer son immunité parlementaire après le vote des députés de l'APN, mardi 20 octobre.

Sadi s'est demandé « combien de députés de l’actuelle assemblée mériteraient la même décision » que Mohcine Belabbas. Il ne manquera pas de rappeler que Naïma Salhi, qui « a proféré des ignominies racistes et des trabendistes de tout acabit siègent toujours à l’APN », sans que leur immunité parlementaire soit levée.

Menacé de mort par Rachad, Saïd Sadi condamne des « silences coupables »

Par ailleurs, l'homme politique a estimé que « la sélectivité de ces levées d'immunités parlementaires interroge et doit être condamnée sans réserve ». Et ce en dépit des « orientations et autres alliances contractées par le RCD actuel heurtent ma conscience et mes convictions », rappelle Saïd Sadi qui ajoute que « tant que les positions s’affichent dans un cadre pacifique, elles doivent être défendues par principe ».

À lire aussi :  Projet de loi sur l’immigration d’Emmanuel Macron : Tout ce qu’il faut savoir

À ce propos, l’ancien président du RCD a évoqué la réaction des internautes qui « ont exprimé leur indignation devant le mutisme qui a suivi les incitations au meurtre dont ma famille et moi-même venons d’être l’objet de la part de RACHAD et de ses affidés ». « J’ai naturellement relevé ces silences coupables », a-t-il noté.

Mais pour Sadi, « la solidarité face à l’arbitraire ne doit pas être otage de marchandage ; même si ceux qui considèrent qu’elle leur est due quand ils sont en difficulté s’exonèrent de la réciprocité qu’elle implique lorsque ce sont d’autres qui sont victimes de l’abus ».

Lire aussi : Levée de l’immunité parlementaire pour le président du RCD : Les réactions