Le Conseil de l’Union européenne (UE) a annoncé, dans un communiqué rendu public mercredi 21 octobre, la décision de retirer le Tunisie de la liste des pays « sûrs ». Désormais, les trois pays du Maghreb figurent sur la liste des pays soumis à des restrictions de voyages pour cause de recrudescence des cas de contamination au coronavirus.

Selon l’AFP, citant des sources européennes, trois nouveaux pays, à savoir la Tunisie, le Canada et la Géorgie, ont été retirés de la liste des pays dont les voyageurs sont autorisés à entrer sur le territoire de l'Union européenne, en raison de leur situation épidémiologique.

La liste européenne « des pays sûrs » passe ainsi de 11 à 9 pays. Les représentants des 27 membres de l'UE ont décidé, en revanche, d'ajouter le Singapour à cette liste. Cette décision devrait être formellement entérinée d'ici vendredi. Il s’agit de la première mise à jour de cette liste depuis le mois d’août.

L’Europe maintient l’Algérie dans sa liste rouge

Désormais, l’Union européenne a officiellement retiré la Tunisie de la liste des pays « sûrs » avec interdiction d’accès au territoire européen pour ses ressortissants. La Tunisie rejoint donc le Maroc et l’Algérie, qui, eux, ont été exclus de la liste lors de sa précédente mise à jour, en août dernier.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

C'est jeudi 30 juillet que l’Union européenne avait annoncé, dans un communiqué, le retrait de l’Algérie de sa liste des pays « sûrs » dont les ressortissants sont autorisés à séjourner sur son territoire. Cette décision avait été prise en raison de l’aggravation de la situation sanitaire liée à la Covid-19 en Algérie.

Une décision qui n’a pas été revue depuis, malgré la nette amélioration de la situation sanitaire en Algérie. Pourtant, cette liste est censée être établie sur la base de la situation épidémiologique des pays.

A noter que la liste est communiquée par l’Union européenne seulement à titre indicatif, sans caractère contraignant, pour les 27 pays de l’Union. Certains pays membres ont choisi de n’ouvrir leurs frontières à aucun voyageur en provenance d’un pays tiers.