Le représentant permanent du Maroc auprès de l'Organisation des Nations Unis (ONU), Omar Hilale, s'en est violemment pris à l'Algérie. Dans un entretien accordé lundi 2 novembre 2020 à l'agence de presse officielle marocaine (MAP), le diplomate n'a pas mâché ses mots pour fustiger l'Etat algérien.

Questionné sur l'idée de référendum d'autodétermination au Sahara occidental, l'ambassadeur marocain n'y est pas allé avec le dos de la cuillère pour descendre en flamme l'Algérie dont le gouvernement défend cette option depuis des décennies.

"Soit le logiciel diplomatique de l’Algérie est en retard de deux décennies, soit elle persiste dans sa politique de l’autruche", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Dans les deux cas, les résolutions du Conseil de sécurité invalident clairement sa demande. Le référendum n’est pas un principe, il n’est qu’un instrument que le Conseil de sécurité a banni de son lexique résolutionnel pour la 20ème année consécutive et dans ses 34 résolutions successives depuis 2001".

L'ONU a abandonné l'idée de référendum, selon Rabat

Pour lui, "le Conseil de sécurité a désavoué les adversaires de notre intégrité territoriale, il a balayé d’un revers de la main leur divagation référendaire". Omar Hilale estime que "cet abandon du référendum par le Conseil de sécurité a mis l’Algérie et son «Polisario» devant leur responsabilité historique. Soit s’engager résolument dans le processus politique, soit provoquer son arrêt cardiaque".

Le représentant marocain qui s'est félicité que le Conseil de sécurité de l'ONU ait adopté une nouvelle résolution dans le conflit du Sahara Occidental affirme qu' "au Sahara, la régionalisation avancée est en marche".

Il reste en outre persuadé que "bientôt, il ne restera plus rien à discuter sinon déposer les armes, à l’instar de plusieurs mouvements séparatistes dans le monde et libérer les populations séquestrées dans les camps de Tindouf afin qu’elles réintègrent la mère patrie, le Maroc".