La Cour d’Alger a prononcé ce mardi 3 novembre de lourdes peines de prison à l'encontre de plusieurs anciens ministres du gouvernement de Abdelaziz Bouteflika, impliqués dans le dossier de l’homme d’affaires Ali Haddad. Ce dernier a de son côté vu sa peine réduite de six ans.

Ainsi, la Cour d'Alger a condamné Ali Haddad, principal accusé dans cette affaire, à 12 ans de prison ferme, assortis d’une amende de 8 millions de dinars. L'ancien président du FCE voit ainsi sa peine réduite de 6 ans par rapport au premier jugement prononcé en juillet dernier. Le même tribunal a également a annulé la saisie de certains biens de Haddad à Dely Brahim et Saïd Hamdine, à Alger.

A noter que les frères de Ali Haddad, en l’occurrence Mohamed, Rebbouh, Sofiane et Meziane, ont été innocentés par la justice algérienne, après avoir auparavant écopé de quatre ans de prison ferme chacun et une amende de huit millions de dinars avec saisie de leurs biens.

Ouyahia, Sellal et plusieurs ministres condamnés, Amara Benyounes sort de prison

Dans la même affaire, les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ont écopé de 8 ans de prison ferme. Le tribunal a également prononcé une peine de 7 ans de prison ferme à l'encontre de l'ancien ministre Amar Ghoul. Alors que d'autres anciens ministres ont écopé d'un an de prison ferme, à l'image de Youcef Yousfi, Mahdjoub Bedda, Boudjemaa Talaï, Abdelghani Zaalane et Amara Benyounes. Ce dernier va d'ailleurs retrouver la liberté après avoir déjà purgé sa peine durant sa détention provisoire.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Lors de son procès en appel, l’ex-patron du FCE a profité pour clamer son « innocence », tout en exprimant sa « confiance en la justice algérienne pour rétablir les faits dans cette affaire ». Il a remercié la Cour d’avoir permis au procès de se tenir dans “de bonnes conditions”, mais regrettera : « Après 20 ans d’études et 30 ans de travail pour le bien de ma famille, mes enfants se retrouvent à la rue, c’est ce qui m’a étonné ».

Lire aussi : Algérie : Ce qu’ont dit Ouyahia et Sellal au juge lors du procès de Ali Haddad