Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, se rendra en Algérie ce samedi 7 novembre, dans le cadre d’une courte visite de deux jours. L'objectif de ce déplacement est de permettre le retour au pays des Algériens radicalisés se trouvant sur le territoire français et de faciliter l’expulsion de certaines catégories de sans-papiers.

Gérald Darmanin va tenter d’obtenir l’aval des responsables algériens pour le rapatriement d’un certain nombre de ressortissants algériens fichés pour radicalisation en France. Le ministre français sollicitera également la coopération des autorités algériennes pour faciliter la reconduite aux frontières des sans-papiers algériens.

Darmanin demandera, en effet, à l’Algérie le rapatriement de ses ressortissants en situation irrégulière en France, notamment les mineurs non accompagnés. Le responsable français ne cache pas sa frustration devant le refus, côté algérien, de signer les laissez-passer consulaires (LPC), documents indispensables pour permettre le retour à la frontière des migrants sans papiers.

Darmanin espère, donc, obtenir l’accord des autorités algériennes afin de mettre en œuvre aussitôt que possible les obligations de quitter le territoire français (OQTF) pour une vingtaine de ressortissants radicalisés. Des ressortissants que la France veut expulser, notamment avec la pression que le gouvernement français subit après les attaques terroristes qui ont eu lieu récemment dans l’Hexagone.

La France veut accélérer l'expulsion des sans-papiers algériens

Le ministre, qui a des origines algériennes, abordera avec ses homologues algériens la problématique des mineurs isolés en France. A noter que les sans-papiers issus de l’Algérie et du Maroc représentent la plus grande partie de mineurs non accompagnés en France.

Il faut préciser que cette visite intervient dans un contexte de violence terroriste en France, en lien avec des caricatures du prophète Mohammad. Après l’assassinat et la décapitation de l’enseignant Samuel Paty par un jeune Tchétchène, trois autres personnes ont trouvé la mort dans une église à Nice suite à une attaque au couteau. Une attaque menée par un Tunisien qui a rallié la France quelques heures seulement avant son forfait. “Il est venu en France pour tuer”, avait déclaré le ministre français de l’Intérieur. Ce dernier espère obtenir l’entière coopération des services de sécurité algériens pour une meilleure collaboration dans la lutte contre le terrorisme.

Lire aussi : L’Algérie va-t-elle accueillir ses sans-papiers expulsés de France ?