Depuis l’annonce du président français Emmanuel Macron en 2017 de la réouverture des archives liées à la colonisation, de nombreuses personnalités françaises continuent de dénoncer l’expansionnisme de la France en Afrique. Cette fois-ci c’est au tour de la ministre française de la Culture, Roselyne Bachelot, de s’exprimer sur le colonialisme français en Afrique.  

En effet, dans une déclaration au journal L’Opinion, la ministre française de la Culture, Roselyne Bachelot, a dénoncé l’expansionnisme de la France en Afrique. Elle a reconnu, en outre, que la colonisation française sur le continent noir est « un crime, une barbarie » dont la France est responsable. « Nous y avons pris part » a-t-elle déclaré.

En rappelant la déclaration du président Emmanuel Macron en 2017, qui a qualifié, lors de sa campagne électorale, la colonisation française de l’Algérie de « crime contre l’humanité », Roselyne Bachelot a précisé que la colonisation était « la réalité de tous le peuples, Il y a toujours eu des nations qui ont colonisé d'autres nations et pratiqué l'esclavage ».

Par ailleurs, concernant la restitution des biens culturels des pays africains, la responsable française a révélé qu’elle se fera « dans le cadre de relations inter-étatiques, avec un processus diplomatique, des travaux scientifiques, et seulement pour les œuvres qui ont une dimension hautement symbolique dans l’histoire d’un pays ».

Pour rappel, dans une déclaration accordée à l’APS, le conseiller du chef de l'Etat chargé des archives et de la mémoire nationale, Abdelmadjid Chikhi, a fait savoir que le travail bilatéral avec les Français sur la restitution des archives algériennes « n’a pas encore débuté du fait de la propagation de la pandémie Covid-19 ». Il confirme, cependant l’existence d’une volonté politique, de part et d’autre, pour solutionner ce dossier sensible qui lie les deux pays.

Lire aussi ; Algérie – France : « Des sphères du pouvoir bloquent l’accès aux archives » (Association)