La présidente de l’Institut des cultures d’islam, Bariza Khiari, d’origine algérienne, a signé et relayé une pétition virulente à l’encontre de l’Imam Hassen Chalghoumi, qu’elle a qualifié de « repoussoir ». Cette pétition a été mise en ligne « pour que Hassen Chalghoumi ne soit plus le porte-parole des musulmans de France », rapporte le média français Marianne.

L'ex-vice-présidente du Sénat, Bariza Khiari, a signé et diffusé une pétition contre l’Imam d'origine tunisienne Hassen Chalghoumi, placé sous protection policière suite aux diverses menaces dont il fait l'objet. La pétition a été mise en place « pour que Hassen Chalghoumi ne soit plus le porte-parole des musulmans de France ». Cette dernière existe depuis plusieurs années. Elle a rassemblé jusque-là quelque 50 000 signatures.

Bariza Khiari dénonce « le manque de légitimité » de l'Imam

La présidente de l’Institut des cultures d’Islam justifie son action par le manque de « légitimité » de l’imam qu'elle accuse de « dénigrer » les musulmans et d'« accentuer le fossé qui se creuse entre les différentes communautés ». Le court texte qui accompagne la pétition mise en ligne appelle également les médias à cesser d’inviter l’imam.

« On n’en peut plus de voir ce type sur tous les plateaux, on n’en peut plus ! C’est un repoussoir ! Ras-le-bol ! On ne voit plus que lui ! On ne manque pourtant pas de jeunes islamologues éclairés ! » s’indigne-t-elle. A noter que Bariza Khiari est titulaire de la Légion d’honneur, de l’Ordre national du mérite et de l’Ordre des Arts et des Lettres.

L’imam Hassen Chalghoumi, lui, est sujet, depuis longtemps, à de nombreuses menaces de la part de la sphère islamiste. Celui qui n'a pas cessé de défendre une vision de l'islam pacifisme, tout en dénonçant l’antisémitisme, l’intolérance et le terrorisme, est placé sous protection policière.

Lire aussi : Réseau pédopornographique en France : Un imam algérien interpellé