Le chercheur algérien Salim Bouguermouh, originaire d’Ouzellaguen, une commune située dans la wilaya de Bejaïa, prend part activement à la direction des essais cliniques du vaccin de Pfizer contre le coronavirus. Il est exactement directeur associé responsable de la recherche clinique et du développement de vaccins chez Pfizer.

Etabli à New York, aux USA, depuis quelques années, Salim Bouguermouh est directement impliqué dans la direction des essaies cliniques liés à l’innovation du vaccin contre le coronavirus. Les résultats des essais menés se sont, d'ailleurs, révélés forts prometteurs. 90% d’efficacité a été observée, selon le laboratoire Pfizer et son partenaire allemand BioNTech. Une nouvelle qui n’a pas manqué de faire réagir le chercheur.

Salim Bouguermouh fier d’avoir pris part à cette recherche

Quelques heures après l’annonce du géant pharmaceutique, Salim Bouguermouh a fait part, sur son profil Facebook de « beaucoup d’émotion ce matin (lundi 9 novembre, ndlr) après des mois d’un travail acharné ». Il a ajouté qu'il était « extrêmement fier et très chanceux de faire partie de l’équipe qui conduit cet essai clinique ».

Répondant à la question d'un internaute sur ce qui l'a amené à s'exiler, Salim Bouguermouh a confié qu'il avait d'abord fait des démarches pour rejoindre la communauté hospitalo-universitaire en Algérie, « vu ce que je pouvais apporter à la santé publique et à la recherche en Algérie ». « Mais en raison des entraves rencontrées, j’ai à un moment envisagé d’ouvrir mon propre labo. Mais (...) cela aurait été un gâchis. Aujourd’hui, je suis utile pour la santé publique de nombreux pays », se félicite-t-il.

À lire aussi :  Le rappeur Gims s'excuse après ses propos sur le Nouvel An et les musulmans

A noter que le chercheur Salim Bouguermouh a débuté son parcours universitaire à Alger avant de compléter sa spécialisation en France. Il a obtenu, par la suite, son doctorat (PHD) à l’Université de Montréal, suivi d’un stage postdoctoral au Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Singapour, avant d’entreprendre un parcours d’études dans la recherche clinique au sein de la Faculté de médecine d'Harvard, aux Etats-Unis.

Lire aussi : France : Didier Raoult rend hommage à un professeur algérien