Un député de l'Assemblée nationale a interpellé, jeudi 12 novembre, le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, sur l'assassinat du chantre de l'amazighité Lounes Matoub. Selon le quotidien francophone Liberté, qui a rapporté cette information, l'élu a souligné que la justice devrait faire la lumière sur ce meurtre commis un certain 25 juin 1998.

Cette interpellation a eu lieu à l'occasion de la présentation du projet de loi relatif à la prévention et à la lutte contre les crimes d’enlèvement. Elle est l'oeuvre d'un député représentant la circonscription de Tizi Ouzou, en Kabylie. Selon la même source, le député dont l'identité n'a pas été révélée, a d'abord rendu hommage à la mère du Rebelle, Nna Aldjia, récemment décédée, avant d'interpeller le ministre sur la nécessité d'élucider le crime perpétré à Tala Bounan contre Lounes Matoub.

Le même média francophone n'a pas jugé utile de donner l'identité du député, auteur de cette interpellation. La wilaya de Tizi Ouzou est représentée par 15 députés. Les 4 députés du FFS et les 4 autres du RCD ont gelé leurs activités au sein de l'Assemblée. Les deux élus du FLN et les deux autres du RND n'ont pas l'habitude de remettre en cause les positions officielles.

Il restera donc la députée du Parti des travailleurs, à écarter puisqu'il s'agit d'un député, donc un homme. Il reste enfin les deux députés indépendants, en l'occurrence Nordine Aït Hamouda et Belkacem Benbelkacem. Le premier cité ne peut pas être l'auteur de cette interpellation puisque dès le jour de l'assassinat de Matoub, il a toujours affirmé qu'il a été commis par le GIA. Il est facile de déduire que c'est le député Benbelkacem qui a interpellé le ministre de la Justice.

Lire aussi : Algérie : Le projet du film sur Lounes Matoub enfin relancé