L’opération militaire menée par les troupes marocaines au Sahara occidental a fait réagir l’Algérie qui a déploré les « graves violations » du cessez-le-feu enregistrées vendredi 13 novembre, dans la zone d’El Guerguerat. Le pays a également appelé à une « cessation immédiate » et sans délais des interventions militaires dans un communiqué publié le jour même par le ministère algérien des Affaires étrangères.

« L’Algérie déplore vivement les graves violations du cessez-le-feu enregistrées ce matin (ndlr, vendredi 13 novembre) dans la zone d’El Guerguerat au Sahara occidental. Elle appelle à la cessation immédiate de ces opérations militaires, dont les conséquences sont de nature à affecter la stabilité de toute la région », indique, en effet, le document du ministère algérien des Affaires étrangères.

L’Algérie appelle le Maroc et le Polisario au respect de l’accord signé avec l’ONU

Par ailleurs, « l’Algérie appelle les deux parties, le Royaume du Maroc et le Front Polisario, à faire preuve d’un sens de responsabilité et de retenue, et au respect, dans son intégralité, de l’Accord militaire N1, signé entre elles et l’ONU ». Le pays a également souligné, dans le même communiqué, « attendre, en particulier, du secrétaire général de l’ONU et de la Minurso, l’accomplissement scrupuleux de leurs missions, sans restrictions ni entraves, et dans l’impartialité qu’exigent les développements actuels ».

À lire aussi :  Affaire de l'imam Iquioussen : la France veut en finir, et vite

Pour finir, l’Algérie « réitère » son appel à l’endroit du secrétaire Général de l’ONU, afin de procéder la nomination, dans les plus brefs délais, d’un envoyé personnel et la reprise effective des pourparlers politiques, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité, de l’Assemblée Générale de l’ONU et des Principes de la Charte.

A rappeler qu'un cessez-le-feu a été signé en septembre 1991 sous l’égide de l’ONU, après seize ans de guerre. Les négociations menées par l’ONU et impliquant le Maroc, le Polisario, l’Algérie et la Mauritanie sont suspendues depuis plusieurs mois. Le Polisario, qui a proclamé une République sahraouie (RASD) au début des années 1980, milite pour l’indépendance et réclame un référendum d’autodétermination

Lire aussi : Le Maroc lance une attaque militaire contre le Polisario