L'agence de presse marocaine (MAP) a tenu à apporter des précisions à propos de l'information rapportée par Algérie presse service (APS) à propos de l'« attaque de l'Armée sahraouie contre des positions marocaines » ayant causé « des pertes humaines et matérielles » aux troupes marocaines.

L'agence de presse algérienne a, en effet, rapporté, ce samedi 14 novembre, que l'armée sahraouie avait mené, vendredi, « des attaques contre des positions de l'armée marocaine stationnées le long du mur de sable érigé par l’occupant marocain au Sahara occidental, leur causant des pertes humaines et matérielles ».

L'organe de presse algérien (APS) a cité un « communiqué militaire numéro un du commissariat politique de l’armée populaire de libération sahraouie (APLS) » qui précise que « les attaques contre ces positions situées à Mahbes, Haouza, Aousserd et Farsia, ont causé des pertes en vies humaines et matérielles aux forces armées marocaines ».

La MAP dénonce une « fake news »

La MAP n'a pas tardé à répondre à son homologue algérienne en démentant cette information : « Contrairement aux allégations du Polisario, les FAR n'ont essuyé aucune attaque des milices armées des séparatistes le long du dispositif de défense marocain au Sahara », assure l’agence officielle de presse du Maroc.

De leur côté, les responsables de l'armée marocaine et le gouvernement du Maroc n'ont pas réagi à l'annonce des attaques du Polisario, ayant provoqué des dégâts matériels et humains.

À lire aussi :  Réduction du nombre visas pour les Algériens : Un député français s’insurge

Pour rappel, le Maroc a annoncé, vendredi 13 novembre, avoir lancé une opération militaire dans la zone tampon de Guerguerat, au Sahara occidental. Le royaume chérifien dénonce « les provocations du Polisario ». Le Front Polisario, quant à lui, a affirmé que « la guerre (avait) commencé » et que les forces indépendantistes répliquaient à l’armée marocaine.

Pour sa part, l’Algérie a vivement déploré « les graves violations du cessez-le-feu enregistrées dans la zone d’El Guerguerat au Sahara occidental. Elle appelle à la cessation immédiate de ces opérations militaires, dont les conséquences sont de nature à affecter la stabilité de toute la région », a indiqué un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères.