La droite française plaide pour le durcissement des règles d’obtention mais aussi de renouvellement des titres de séjour en France. En effet, la convention du parti Les Républicains va proposer la mise en oeuvre de mesures dures aux frontières, a indiqué dimanche 15 novembre, le média français Le Parisien.

Selon la même source, l’homme politique Gilles Platret a déclaré : « Il y a un mouvement en cours chez Les Républicains (LR). A un moment donné, certains ont dit : La mondialisation, c’est bien, c’est super d’être un citoyen du monde ! C’est fini : On se renationalise et on retrouve les vertus du creuset national ». Le vice-président du parti Les Républicains et maire de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) résume ainsi la « convention nationale sur l’autorité de l’Etat et l’unité nationale » qu’il compte animer, mardi 17 novembre, au siège du parti aux côtés de son homologue Frédéric Péchenard.

Un titre de séjour soumis à la maîtrise de la langue française

Les deux membres du parti Les Républicains comptent mettre sur la table des propositions fermes. Ainsi, afin d’aboutir à une réduction du taux de l’immigration en France, les Républicains comptent proposer de mettre un terme aux 30 000 régularisations annuelles tout en inscrivant dans la Constitution le principe d’un plafond d’immigration légal.

Les Républicains comptent aussi proposer de conditionner l’obtention d’un titre de séjour ainsi que son renouvellement à un examen oral et écrit de langue française. A cet effet, Gilles Platret a soutenu : « Lorsque vous venez en France, vous acceptez d’appartenir à quelque chose qui vous dépasse, vous n’êtes pas un globe-trotter. Vous venez pour vous intégrer, pas pour profiter d’un système d’allocations ».

Par ailleurs, entre autres mesures proposées qui visent à transmettre les valeurs de la République française, le parti Les Républicains compte interdire formellement le port du voile aux accompagnantes scolaires mais aussi aux étudiantes à l’université.

Lire aussi : Expulsion des Algériens radicalisés de France : Voici la position de l'Algérie