Le vol de rapatriement au départ de Doha, annoncé il y a quelques jours par une députée de l'émigration, a suscité une vive polémique en Algérie. Et pour cause : la liaison, prévue pour ce dimanche 22 novembre, n'a pas eu lieu. 

La députée de l’émigration pour la zone Afrique du Nord et Moyen-Orient, Amira Salim, a annoncé, vendredi 20 novembre, qu'un vol de rapatriement des ressortissants algériens bloqués au Moyen-Orient était au programme par la compagnie nationale Air Algérie. Cette liaison, avait-elle précisé, devait avoir lieu ce dimanche 22 novembre à partir de 14 heures, depuis la capitale qatarie, Doha, à destination de l'aéroport international d'Alger.

Le vol n'a finalement pas eu lieu, au grand dam de la députée qui n'a d'ailleurs pas caché sa colère contre l'ambassadeur d'Algérie au Qatar qu'elle tient pour responsable. En effet, Amira Salim s'en est vivement prise au responsable consulaire qu'elle a cité nommément dans une déclaration postée sur sa page Facebook ce dimanche.

Pour elle, si Air Algérie n'a pas effectué ce vol, c'est à cause d'une décision « irresponsable » de cet ambassadeur. La députée a, d'ailleurs, interpellé le ministre des Affaires étrangères pour intervenir et demander des explications au représentant algérien au Qatar.

Il y a lieu de noter que ce responsable avait déjà fait savoir, dans un communiqué rendu public samedi 21 novembre, que l'annonce de tout vol de rapatriement était du ressort de l'ambassade. La représentation diplomatique avait appelé les ressortissants algériens à « ne pas se fier à d’autres sources » qui « ne servent que leurs objectifs ».

Guerre de communiqués

Depuis l'annonce de ce vol, on assiste à une véritable guerre de communiqués entre l'ambassade d'Algérie au Qatar et la députée de l'émigration. Entre-temps, les Algériens bloqués dans différents pays du Golfe et qui espéraient rentrer au pays ce dimanche, prennent leur mal en patience en attendant un rapatriement effectif. Selon l'ambassade d'Algérie au Qatar, ce vol devrait intervenir dans tout prochains jours.