L’ambassadeur d’Algérie au Maroc, Abdelhamid Abdaoui, a fustigé l’Organisation du monde islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (Icesco). Et pour cause, cette organisation internationale a affiché publiquement son soutien à l’agression militaire marocaine contre le Sahara occidental.

La prise de position de l’Icesco semble avoir mis en colère l’ambassadeur algérien au Maroc, Abdelhamid Abdaoui. Le diplomate s’est même déplacé au siège de l’organisation, situé à Rebat, où il a rencontré son directeur général, le Saoudien Mohamed Al Malik. L’ambassadeur d'Algérie a fait savoir, au premier responsable de l’Icesco, qu’il désapprouvait le soutien de l’organisation à l’attaque militaire marocaine dans la zone de Guerguerat, au Sahara occidental.

Dans un communiqué publié juste après la rencontre entre l’ambassadeur, Abdelhamid Abdaoui, et Mohamed Al Malik, l’Icesco a rassuré que l’Algérie « s'est acquittée de sa participation financière dans le budget 2019 et s'apprête à payer sa cotisation de 2020 ». Cependant, selon plusieurs sources, les autorités algériennes pourraient prendre la décision de suspendre la contribution financière de l’Algérie à l’Icesco, chose déjà faite auparavant.

Rappelons que le Maroc avait annoncé, le 13 novembre dernier, avoir lancé une opération militaire dans la zone tampon de Guerguerat, au Sahara occidental. Le royaume chérifien a dénoncé « les provocations du Polisario ». De son côté, le Front Polisario avait affirmé que « la guerre a commencé » et que les forces indépendantistes répliquaient à l’armée marocaine.

À lire aussi :  Réduction du nombre visas pour les Algériens : Un député français s’insurge

L’Algérie, quant à elle, a déploré les « graves violations » du cessez-le-feu. Le pays a également appelé à une « cessation immédiate » et sans délais des interventions militaires.

Lire aussi : L’Armée algérienne exhibe sa puissance : Chanegriha répond au Maroc