La deuxième place du concours international Switch Energy Case, édition 2020, vient d’être décrochée par quatre étudiants algériens. Le concours organisé par l’université d'Austin, au Texas, et Switch Energy Alliance consiste à présenter un modèle de solution énergétique pour la République démocratique du Congo, Haïti et la Papouasie-Nouvelle Guinée.

En effet, quatre étudiants algériens viennent de décrocher la deuxième place du concours international organisé par Switch Energy Alliance en collaboration avec l’université d’Austin, au Texas (Etats-Unis). Il s’agit de Kenza Aït Larbi (diplômée de la faculté des hydrocarbures et de la chimie de Boumerdes), Ahmed Merzoug, (master en génie pétrolier – option production d’hydrocarbures de la même faculté), l’étudiant Yousri Kenouna, qui est également producteur de contenu chez World Learning Algeria et le chef de l’équipe qui a représentée l’Algérie Habib Ouadi, (master en génie pétrolier – option forage de puits).

Les quatre étudiants expliquent dans une déclaration accordée au quotidien El Watan qu’ils n’ont jamais imaginé que « les lauréats pouvaient être issus des pays du continent africain ». Ainsi, ils ont pu relever le défi en identifiant les problèmes et les solutions du challenge. Ils expliquent, en outre, que cette compétition consistait à mettre en pratique « une solution énergétique durable » au profit de pays qui souffrent de précarité énergétique.

« Nous avons choisi de développer un plan énergétique pour la Papouasie-Nouvelle Guinée où le taux d’accès à l’électricité est très faible », ont-ils déclaré. Cette solution, expliquent-ils, peut s’étaler sur 20 ans et prend en considération, entre autres, les facteurs économiques, sociaux et politique. Notons que ce concours a regroupé 900 étudiants de différentes nationalités.

Lire aussi : France : Une jeune Algérienne remporte le concours des reportages du quotidien « Libération »