Des députés de l'Assemblée populaire nationale (APN) on interpellé mardi 24 novembre 2020 le Premier ministre, Abdelaziz Djerad pour l'ouverture des frontières et le rapatriement des ressortissants algériens bloqués à l'étranger.  

Ainsi, Amira Sélim, députée de l’émigration pour la zone Afrique du Nord et Moyen-Orient a saisi Abdelaziz Djerad à travers une question écrite qu'elle a déposée au niveau du Parlement. Dans ce document qu'elle rendu public sur sa page Facebook, la députée rappelle au Premier ministre le calvaire que vivent les Algériens bloqués dans de différents pays. Elle a mis également en exergue les retombées néfastes de la fermeture des frontières sur l'économie de l'Algérie.

Dans son argumentaire, Amira Sélim rappelle que cette mesure prise dans le cadre de la lutte contre le coronavirus a durement impacté la compagnie aérienne Air Algérie. Des centaines de pères de familles employés dans cette entreprise risquent de se retrouver au chômage en raison de cette situation qui n'a que trop duré, estime-t-elle.

Amira Sélim et Noureddine Belmeddah même combat

La députée, qui soutient en outre que cette question écrite a été signée par d'autres parlementaires, appelle le Premier ministre à procéder à l'ouverture des frontières. Elle ne précise cependant pas l'identité de ces parlementaires signataires et leur nombre.

À lire aussi :  Le nombre de migrants clandestins vers l'Europe en forte hausse

D'autre part, un autre député de l'émigration a également interpellé le Premier ministre sur le même dossier. Il s'agit de Noureddine Belmeddah qui a tiré la sonnette d'alarme sur la souffrance des Algériens bloqués à l'étranger. Il a aussi demandé au Premier ministre, Abdelaziz Djerad d'intervenir pour ouvrir les frontières et organiser des opérations de rapatriement vers l'Algérie.

Cependant, à savoir si le Premier ministre donnera une suite à ces interpellations, sachant que la situation sanitaire ne cesse de se dégrader ces derniers jours. Il faut dire que ce n'est pas la première fois que les députés de l'émigration montent ainsi au créneau pour exprimer la même doléance. Souvent, leurs appels n'ont pas eu la réponse escomptée, de la part des pouvoirs publics.

Lire aussi : Vol de rapatriement des Algériens à partir du Qatar : Cacophonie entre l’ambassade et le MAE