L'Algérie a réagi officiellement, ce jeudi 26 novembre, à l'information faisant état de la suspension par les Émirats arabes unis des visas pour les Algériens. Le ministère algérien des Affaires étrangères a tenu à démentir cette nouvelle, indiquant que le document attribué aux dirigeants émiratis et qui a circulé était « falsifié ».

Dans un communiqué rendu public ce jeudi, le ministère algérien des Affaires étrangères a démenti l'information selon laquelle les Émirats arabes unis auraient décidé d'interdire aux ressortissants algériens d'entrer sur leur sol.

« Certains médias étrangers et pages des réseaux sociaux ont diffusé des informations affirmant que l'Algérie avait été incluse dans un document publié par une autorité officielle des Émirats arabes unis interdisant aux Algériens d'obtenir des visas d'entrée sur le territoire des Émirats arabes unis ainsi que les citoyens d'autres pays
», lit-on dans le communiqué du MAE.

Ainsi, le ministère algérien a affirmé que cette information était complètement « fausse » et n'avait « aucun fondement ». Le MAE souligne également que « les hautes autorités émiraties ont complètement démenti l'existence d'une décision, qui inclut des citoyens algériens, pour les empêcher d'entrer sur leurs terres ». Par ailleurs, la même source a révélé que « le document promu, dans lequel le nom de l'Algérie était inscrit, est falsifié et que des parties suspectes sont derrière ».

Pour rappel, ce document révélé par l'agence Reuters avait largement circulé mardi 24 novembre. Il s'agissait d'une supposée circulaire adressée aux services de l'émigration et disposant que « les demandes de visa d’entrée au pays, y compris les visas de travail, sont suspendues jusqu’à nouvel ordre pour les nationalités des pays suivants : Yémen, Syrie, Irak, Libye, Afghanistan, Pakistan, Somalie, Liban, Kenya, Tunisie, Algérie, Turquie et Iran ».