Deux anciennes ministres ont été placées, mardi 9 décembre, en détention provisoire en Algérie. Il s'agit de Houda-Imane Feraoun, ex-ministre de la Poste et des technologies de l'information et de la communication et Djamila Tamazirt, ex-ministre de l'Industrie et des Mines. Les deux mises en cause, qui ont comparu devant le tribunal de Sidi M'hamed à Alger sont poursuivies dans des affaires de corruption.

Mises sous contrôle judiciaire il y a quelques jours, les deux responsables rejoignent ainsi la prison. Houda-Imane Feraoun est notamment citée dans le dossier des frères Kouninef, indique-t-on alors que l'ex-ministre de l'Industrie est poursuivie dans un dossier relatif à la gestion du Groupe AGRODIV.

Djamila Tamazirt ainsi que Houda-Imane Feraoun ont été convoquées par la brigade de la gendarmerie nationale de Bab Jdid à Alger, en janvier dernier, soit juste après leur départ du gouvernement. Elles ont été interrogées sur des affaires de malversations et de corruption pendant l’exercice de leurs fonctions. Les deux ex-ministres ont été placées alors sous interdiction de sortie du territoire national (ISTN).

La liste des ex responsables emprisonnés s'allonge

Entre temps, des enquêtes les concernant ont été diligentées par les services de sécurité. Des enquêtes qui auront certainement relevé des anomalies dans leur gestion concernant les dossiers pour lesquels elles ont été poursuivies. Ce qui a valu leur placement en détention provisoire mardi 9 décembre.

À lire aussi :  Le Sénat adopte une loi contre le port du voile lors des compétitions sportives

Djamila Tamazirt et Houda Feraoun rejoint ainsi la longue liste des ex-ministres et ex- hauts cadres de l'Etat emprisonnés dans des affaires de corruption.  D'ailleurs, le même jour, l'ex wali d'Alger Abdelkader Zoukh, a été condamné à de la prison ferme dans deux affaires différentes. Il a en effet écopé d'une peine de 5 années de prison ferme dans l’affaire d’octroi de privilèges à la famille de l'ex-patron de la police nationale, Abdelghani Hamel, et à 4 ans de prison ferme dans un dossier relatif à la famille de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout.