L’Algérie enregistre une baisse des cas de contamination au coronavirus ces dernières semaines. Le porte-parole du Comité scientifique, le Dr Djamel Fourar, a confirmé, dans une déclaration accordée lundi 7 décembre au média francophone TSA, que le pays comptait moins de malades, ce qui freine considérablement la forte pression qui pèse sur le corps médical.

« Aujourd’hui (lundi ndlr), on a enregistré 573 nouveaux cas confirmés par PCR. Même au niveau des hôpitaux, il y a moins de pression, moins de malades et le taux d’occupation des lits est à la baisse », a déclaré d'emblée le porte-parole du Comité scientifique du ministère de la Santé. « Cette diminution, explique-t-il, est liée d’abord aux mesures que l’Etat a prises en matière de confinement, de restriction des déplacements, et aussi aux citoyens qui ont compris que les mesures barrières étaient la seule solution pour nous prémunir de cette pandémie »

Augmentation du nombre de tests PCR

Par ailleurs, le Dr Djamel Fourar évoque l’augmentation du nombre de tests PCR effectués quotidiennement pour dépister les cas de contamination au coronavirus. « On a dépassé les 60 laboratoires publics et privés. C’est vraiment important quand on sait qu’on a commencé avec un seul laboratoire. Maintenant, nous en avons un presque dans chaque wilaya. C’est une avancée importante dans le diagnostic et la prise en charge », se félicite-t-il.

À lire aussi :  Invités à exercer en France, un couple de médecins algériens privés de visas

Si le nombre de contaminations est à la baisse en Algérie, celui de décès, en revanche, reste élevé. Il est estimé « entre 10 à 15, avec des pics jusqu’à 20 décès » quotidiens, révèle le porte-parole du comité scientifique. Le Dr Djamel Fourar indique que « ce sont des cas qui arrivent en retard au niveau des services de réanimation ». Et de préconiser : « Quand les gens ont des symptômes et ils voient qu’ils s’aggravent, ils ne doivent pas rester chez eux. Ils doivent rapidement consulter un médecin pour qu’il puisse les orienter vers un service de prise en charge adéquat par rapport à son état de santé ».

Néanmoins, malgré cette décrue « significative », le porte-parole du Comité scientifique appelle les Algériens à rester vigilants : « Il faut rester sur le même niveau de vigilance. Il faut garder le masque, la distanciation et l’hygiène des mains. Ce sont des solutions qui vont nous permettre de combattre convenablement la Covid-19 en attendant l’avènement de la vaccination ».

Lire aussi : Vaccin anti-Covid en Algérie : Le ministre de la santé contredit le Comité scientifique