La compagnie aérienne nationale Air Algérie a enregistré des pertes estimées à 4 milliards de dinars depuis la suspension du trafic aérien, en mars dernier. Les effets de la crise se feront sentir sur tout l'exercice 2020-2021, même si le trafic aérien reprend lentement. C’est ce qu’a indiqué, lundi 7 décembre, le PDG d’Air Algérie, Bakhouche Allache.

S’exprimant devant les membres de la commission du transport de l’APN, Bakhouche Allache a qualifié la situation financière actuelle d'Air Algérie de « difficile ». Car la compagnie a subi des pertes de près de 40 milliards de dinars depuis la suspension des vols commerciaux, prise dans le cadre des mesures préventives contre le coronavirus.

Le PDG d’Air Algérie souligne que la compagnie pourrait subir davantage de pertes en cas de poursuite de la crise. Ce qui constituerait un « obstacle majeur au développement des investissements de la société », explique-t-il.

Néanmoins, Bakhouche Allache a exprimé son optimisme quant à une amélioration de la situation, notamment après que les autorités publiques ont pris la décision de reprendre les vols intérieurs. Il précise que cette décision est l'occasion pour la compagnie d'ouvrir de nouvelles lignes internes vers trois villes, à savoir Mechria, Tiaret et Al-Bayadh.

Les vols commerciaux resteront suspendus jusqu'à nouvel ordre

S'agissant des vols internationaux à destination et en provenance de l'Algérie, le PDG d’Air Algérie explique qu'ils sont actuellement destinés exclusivement au rapatriement des Algériens bloqués à l'étranger. Il affirme, par ailleurs, que « les vols commerciaux resteront suspendus jusqu'à nouvel ordre ».

À lire aussi :  Internet et téléphonie en Algérie : Voici les chiffres

Bakhouche Allache a également révélé que le programme de renouvellement de la flotte de la compagnie nationale était « suspendu », en raison des répercussions économiques de la pandémie de coronavirus. Il rappelle que ce programme a été approuvé par le gouvernement en 2018.