Alors que le Maroc vient de normaliser ses relations diplomatiques avec Israël, les ennuis de santé du roi Mohammed VI refont surface. En effet, selon le journal espagnol El Confidencial, dans son édition de jeudi 10 décembre, l'état de santé du roi marocain s'est détérioré. Le média affirme que l'annulation du sommet hispano-marocain, prévu le 17 décembre, serait dû à l'état de santé de Mohammed VI.

Il semble que le roi marocain n'arrive pas à se remettre de ses ennuis de santé, devenus récurrents. Le journal espagnol affirme que l'annulation du sommet hispano-marocain ne serait pas dû à la pandémie de la Covid -19, comme annoncé par les gouvernements des deux pays dans une déclaration commune. Le sommet aurait été repoussé à l'année prochaine à cause des ennuis de santé du souverain marocain. La pandémie de la Covid-19 ne serait, en réalité, qu’un prétexte pour cacher l'état de santé du roi. Un état de santé qui inquiéterait les autorités marocaines, selon la même source.

Deux opérations chirurgicales en seulement deux ans

Il faut rappeler que Mohammed VI a subi deux interventions chirurgicales lourdes en seulement deux ans. Le roi souffre d’un « flutter auriculaire sur cœur sain » qui entraîne un « trouble sur le rythme cardiaque ». Mohammed VI a subi une première intervention en 2018 avec succès, selon ses médecins. Un succès relatif étant donné qu'en juin dernier, le roi du Maroc a subi une nouvelle intervention dans la clinique locale du Palais royal, à Rabat.

Selon les sources du journal espagnol, Mohammed VI n'est pas tiré d'affaire. Le roi souffrirait encore d’une arythmie cardiaque et d’une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). Des complications qui conduiraient à un emphysème pulmonaire ou à une bronchite chronique.

Ainsi, le Maroc se retrouve avec un roi diminué dans une conjoncture marquée par la reprise des hostilités avec le Polisario et la normalisation des relations avec Israël. Une conjoncture qui complique davantage les relations du royaume chérifien notamment avec l’Algérie voisine.

Lire aussi : Succession du roi du Maroc Mohammed VI : Menaces sur le prince héritier Moulay Hassan ?