Le ministère des Affaires étrangères s'est exprimé une nouvelle fois sur le conflit qui oppose le Maroc au Sahara occidental. C'est dans un communiqué publié ce lundi 14 décembre par l'agence officielle (APS) que l’Algérie a réaffirmé sa position sur cette question. Dans ce contexte marqué par la normalisation des relations entre le Maroc et Israël et la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté du royaume chérifien sur le Sahara occidental, l’Algérie a réitéré sa solidarité avec le peuple sahraoui.

Ainsi, l’Algérie réaffirme son « appui indéfectible à la cause juste » du peuple sahraoui. Le ministère des Affaires étrangères indique que l’Algérie, « dont l’histoire de la lutte glorieuse pour l’indépendance a fait d’elle un acteur essentiel dans le mouvement de libération des peuples, tient à réaffirmer sa solidarité avec tous les peuples des territoires non autonomes qui aspirent à exercer leur droit à disposer d’eux-mêmes dans des conditions de régularité, de liberté et de probité intentionnellement garanties ». Le MAE tient à préciser que l'Algérie « réitère son rejet catégorique de l’idéologie coloniale et réaffirme sa profonde conviction que le parachèvement de la décolonisation est inéluctable partout dans le monde ».

La transaction américano-marocaine est un « troc indigne »

L’Algérie qualifie la transaction américano-marocaine de « troc indigne ». Elle rappelle qu'« en Afrique, le dernier reliquat du colonialisme, le Sahara occidental, qui connaît une escalade inquiétante de tensions armées, conjuguée à des tentatives désespérées de troc indigne, aux dépens des aspirations et droits légitimes du peuple sahraoui, est en droit d’attendre de la communauté internationale un soutien plus ferme et une action plus résolue en vue de parachever son processus de décolonisation ».

À lire aussi :  Le Maroc a humilié l'Espagne, selon un ancien premier ministre espagnol

Le MAE ajoute que la « troisième décennie internationale pour l’élimination du colonialisme (2011-2020) tire à sa fin » et conclut que « la responsabilité de l’ONU et de la communauté internationale dans son ensemble est fortement interpellées par les retards immenses accumulés en matière de parachèvement des processus de décolonisation dans les 17 territoires non autonomes inscrits sur la liste du Comité onusien spécial de la décolonisation ».

Lire aussi : Sahara occidental : L’Algérie défie le Maroc et les Etats-Unis