Algérie : Le journaliste Abdelkrim Zeghileche, de la prison à la Cour

Sorti de prison mercredi 23 décembre 2020 après avoir purgé sa peine, un journaliste algérien s'est dirigé directement vers le tribunal pour comparaître dans deux autres procès. Il s'agit de Abdelkrim Zeghileche qui est poursuivi pour diffamation et pour "offense au chef de l'Etat".

Comme prévu, le journaliste Abdelkrim Zeghileche a retrouvé la liberté le 23 décembre 2020 après six mois de détention. Le journaliste risque toutefois de retourner en prison. Il a été en tout cas appelé à la barre le même jour, soit quelques heures seulement après sa libération, et ce, pour répondre à des accusations retenues contre lui dans deux affaires différentes.

Deux affaires dans lesquels le parquet a requis de lourde peine contre lui. Dans la première qui l'oppose à l'ancien wali de Constantine et dans laquelle il est poursuivi pour diffamation, le procureur a requis à son encontre un an de prison ferme assorti d'une amende. C'est ce qu'a rapporté le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) sur sa page Facebook.

Société Voici pourquoi le principal lycée musulman de France sera privé de ses 500'000 euros de subventions par an

Verdict le 30 décembre

Dans le second procès, le parquet a requis la confirmation de la condamnation prononcée en première instance qui est 6 mois de prison ferme assorti de 50 000 dinars d'amende, indique la même source. Dans cette deuxième affaire, le journaliste est poursuivi, ajoute le CNLD, pour "atteinte à la personne de Abdelaziz Bouteflika" et "ouverture de la Radio sarbacane sans autorisation". Selon le même Comité, le verdict sera connu le 30 décembre prochain dans les deux procès.

Pour rappel, la Cour d’appel de Constantine a condamné le 8 novembre le journaliste Abdelkrim Zeghileche à une année de prison dont six mois ferme. Il a été condamné en première instance à deux années de prison et à une amende de 100 000 dinars. Il était poursuivi pour “atteinte à la personne du président de la République” et pour “publications pouvant porter atteinte à l’unité nationale”, selon le CNLD.


Vous aimez cet article ? Partagez !