La crise diplomatique entre le Maroc et l'Algérie s'amplifie. Le chef du gouvernement marocain, Saâdeddine El Othmani, a attaqué de nouveau l'Algérie en l'accusant d'entraver la résolution du conflit sahraoui. Il s'en prend également aux médias algériens qu'il accuse de publier « de fausses informations dans le cadre d’une campagne » contre le Maroc.

S'exprimant lundi 28 décembre dans le cadre de la séance mensuelle des questions orales relatives aux politiques publiques à la Chambre des représentants, le chef du gouvernement marocain, Saâdeddine El Othmani, n'a pas raté l'occasion de tirer encore une fois à boulets rouges sur l'Algérie.

Le responsable marocain en veut à l'Algérie pour s'être opposée à la réouverture du poste-frontière d’El Guerguerate. El Othmani considère qu'« aucun pays n’a encouragé le blocage à part l’Algérie ». Le chef du gouvernement marocain va encore plus loin, en accusant les médias algériens d'avoir mené une campagne anti-Maroc. Selon lui, les organes de presse algériens « ont publié de fausses informations dans le cadre d’une campagne que notre presse a su contrer ». El Othmani ajoute que « le Polisario a même continué ses harcèlements en annonçant rompre le cessez-le-feu et sortant des fake news et des informations truquées ».

El Othmani appelle les « frères à Tindouf » en Algérie à regagner le Maroc

Par ailleurs, dans le même discours repris par le média marocain Yabiladi, El Othmani a tenu à souligner le rôle important de l'Algérie dans le dossier du Sahara à l’ONU et la résolution 2548. « L’Algérie, citée 5 fois dans cette résolution, a été mise devant sa responsabilité, pour qu’elle reste impliquée dans le processus », a souligné le responsable marocain. « Le Maroc continuera à s’engager dans les efforts de l’ONU visant à relancer le processus politique sur la base des paramètres du Conseil de sécurité. Il reste convaincu que l’opération ne réussira pas sans l’implication de l’Algérie », ajoute-t-il.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Pour conclure, le chef du gouvernement marocain, Saâdeddine El Othmani, a appelé ses « frères à Tindouf », dans le désert ouest de l'Algérie, à rejoindre le Maroc, soulignant que « la patrie est clémente et miséricordieuse ».

Lire aussi : La presse marocaine poursuit ses graves provocations contre l’Algérie