Le président-directeur général de la Société nationale des hydrocarbures (Sonatrach), Tewfik Hakkar, a fait savoir que la compagnie comptait lancer un projet d’investissement de plusieurs milliards de dollars. Selon lui, ce plan contribuera à mettre en œuvre la politique tracée par l’entreprise et qui consiste à promouvoir le contenu local.

Afin de concrétiser « la politique de promotion du contenu local », le PDG de la Sonatrach, Tewfik Hakkar, a révélé que la compagnie nationale comptait mettre en œuvre, durant les cinq prochaines années, un plan d’investissement de 40 milliards de dollars. Ce programme, explique le premier responsable de la Sonatrach, a notamment pour objectif la mise en production de plusieurs gisements. « La volonté tangible de Sonatrach de s’inscrire dans une démarche intégrative des entreprises nationales quant à la réalisation de ses projets, leur garantissant ainsi des plans de charge et permettant au pays, des économies importantes en devises », a-t-il déclaré dans un message diffusé par l’APS.

Le même responsable a affirmé que sur le plan financier, la Sonatrach avait clôturé l’année 2020 avec un résultat bénéficiaire, et ce, malgré les conséquences négatives de la pandémie de coronavirus sur la compagnie des hydrocarbures. « Ce résultat est le fruit des efforts consentis par l’ensemble de nos collectifs et par l’entreprise à travers, notamment, la réduction des dépenses d’exploitation et d’investissement », souligne-t-il.

Toujours selon Tewfik Hakkar, au cours de l’année 2021, la production et les ventes connaîtront une croissance grâce « à la mise en production des gisements périphériques de Gassi Touil et Hassi Bir Rekaiz, ainsi que la montée en cadence de la production au niveau de Tinrhert et l’achèvement du boosting Hassi R’Mel pour la zone nord ».

Lire aussi : En net recul, les exportations du gaz algérien encore menacées