L’acquittement prononcé par le Cour militaire de Blida, ce samedi 2 janvier, pour les deux anciens patrons des services de renseignement, le général de corps d’armée à la retraite Mohamed Mediene, dit Toufik, et le général-major à la retraite Bachir Tartag, ainsi que Saïd Bouteflika, frère conseiller du Président déchu, et Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, a soulevé de vives réactions sur la toile.

Dans la catégories partis politiques, le PT est le seul à avoir réagi à la nouvelle pour l'instant. Le Parti des travailleurs considère que « c'est une victoire contre la criminalisation de l'action politique ». Il ajoute : « Espérons que c'est de bonne augure pour 2021 et que suivra immédiatement la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus politiques et d'opinion ».

Les avocats de la défense satisfaits

Les avocats de la défense n'ont pas caché leur satisfaction à l'issue du verdict. L'un d'eux, Me Miloud Brahimi, a déclaré : « Nous sommes très satisfaits de cette décision. Elle vient conforter cette justice nouvelle en appui de l’Algérie nouvelle que veut promouvoir le président de la République. C’est la décision que nous espérions et attendions, il était temps que les intéressés soient rétablis dans l’intégralité de leurs droits. C’est fait ». Il a souligné que « ces gens sont innocents et ils sont rétablis dans la plénitude de leurs droits ».

À lire aussi :  François Hollande appelle la France à relancer son partenariat avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie

La toile s'offusque

Sur le web, certains internautes considèrent le verdict comme une victoire de la justice, tandis que d'autres se sont offusqués. « Dans cette affaire fomentée par Gaïd Salah, l'acquittement est légitime », estime un internaute. « Si c'était le peuple qui les a emprisonnés et bien, ils ne sortiront pas de sitôt », écrit un autre commentateur. Un autre fait remarquer que « tout le monde sait que les militaires détiennent tous les pouvoirs en Algérie et que la justice obéit à leurs ordres ; ils ont leurs agendas et actionnent la justice, l'opinion publique à travers les médias selon leurs besoins ».

Si la toile semble divisée sur la question de l'acquittement, la majorité remet en cause la justice en Algérie. « Nous avons toujours su qu’il n’y avait pas de justice dans ce pays et nous ne sommes pas prêts d’en avoir une. Le pays part à la dérive depuis des décennies et ça continuera ainsi tant que la majorité de la population est inconsciente », écrit un internaute visiblement offusqué par cette décision. D'autres se posent des question sur le sort des détenus du Hirak. Ils s'interrogent sur cette justice à deux vitesses « clémente avec les plus forts et sans pitié avec les gens du peuple ».

À lire aussi :  François Hollande appelle la France à relancer son partenariat avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie

Quant aux analystes politiques, ils rappellent les circonstances du jugement des quatre accusés. « Il faut dire que l'Etat avait atteint le fond lorsqu'on avait permis à Gaïd Salah de régler ses comptes personnels au détriment de l'Etat », affirme un activiste. Il ajoute que la décision prise ce samedi par le tribunal militaire de Blida devait être suivie par la libération de tous ceux qui ont subi les foudres de l'ancien chef d'état-major de l'armée.

Lire aussi : Complot contre l’État : Toufik, Saïd Bouteflika, Bachir Tartag et Hanoune acquittés