Le tribunal criminel de première instance d’Oran a prononcé, jeudi 31 décembre, des peines allant jusqu'à 7 ans de prison à l'encontre huit personnes accusées d’appartenir à l'organisation islamiste Daech en Libye. Ces individus sont également accusés de recruter pour cette organisation terroriste.

Il est aussi reproché aux accusés d'utiliser la technologie de l'information et de la communication pour le compte de l'organisation terroriste, ainsi que de préparer les voyages des jeunes recrues en Libye. Le tribunal a également condamné les prévenus pour apologie d’actes terroristes, falsification de documents officiels et achat de munitions de 4e catégorie sans autorisation.

Ainsi, cette affaire a commencé avec la disparition de deux personnes originaire de Maghnia. L'enquête enclenchée pour les retrouver a permis de savoir que les deux personnes avaient quitté le territoire national par voie terrestre, au début de l'année 2016. L’enquête approfondie auprès des proches des deux personnes disparues a révélé que ces dernières avaient été recrutées pour rejoindre l'organisation terroriste Daech en Libye.

Vaste réseau de recrutement pour Daech

Les services de sécurité ont alors retracé les appels des deux personnes disparues avant leur départ. A partir de là, ils sont remontés jusqu'au réseau qui fait l'apologie de l’idéologie islamique radicale. La vérification des comptes des suspects sur les réseaux sociaux a révélé qu'ils partageaient des vidéos qui font la propagande de l'organisation islamiste Daech en Libye. En tout, la police a arrêté huit personnes appartenant au réseau et les a présentés devant la justice.

Le tribunal d’Oran a condamné les prévenus à des peines allant jusqu'à 7 de prison pour constitution d'un réseau d'aide et de recrutement en faveur d'une organisation criminelle. 

Lire aussi : Algérie : Un ancien champion de lutte condamné à de la prison ferme pour terrorisme