Lors de son procès tenu samedi 2 janvier à la Cour d'appel militaire de Blida, l’ancien coordinateur des services de sécurité, le général-major à la retraite Bachir Tartag, a apporté des révélations sur le présumé complot contre l’Armée nationale populaire (ANP). Bachir Tartag, qui sera acquitté à l'issue du procès avec les trois autres accusés dans cette affaire, a traité Ahmed Gaïd Salah de « traître ».

Lors du procès de la fameuse affaire de complot contre l’autorité de l’armée, qui a eu lieu samedi 2 janvier à la Cour d’appel militaire de Blida, le général-major à la retraite, Bachir Tartag, estime que le seul vrai complot contre l’Etat et l’ANP « a été fomenté en 2019 à la quatrième région militaire », rapporte le quotidien arabophone El Khabar.

L’ancien patron des services de sécurité dira refuser d'être accusé de complot à la fin de sa carrière. « Le traître [faisant allusion à Gaïd Salah], c’est celui qui en a décidé ainsi. Lorsque l’Algérie avait besoin de nous, on a donné tout ce qui était possible pour ne pas la laisser tomber durant les années 90 », déclare-t-il devant le juge.

A noter que le commandement de la quatrième région militaire, basé dans la wilaya de Ouargla, était dirigé en 2019 par le général-major Hassen Alaïmia, décédé en juillet dernier suite à sa contamination par le coronavirus. Ce même Hassen Alaïmia était l’une des figures militaires les plus proches du défunt chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Rappelons que le Cour militaire de Blida a prononcé l'acquittement, samedi 2 janvier, pour les deux anciens patrons des services de renseignement, le général de corps d’armée à la retraite Mohamed Mediene, dit Toufik, et le général-major à la retraite Bachir Tartag, ainsi que Saïd Bouteflika, frère conseiller du Président déchu, et Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs.

Lire aussi : Acquittement pour Bachir Tartag, général Toufik et Saïd Bouteflika : Les Réactions