Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, s’est exprimé, samedi 2 janvier, sur les risques et menaces sur les frontières algériennes. Il indique que l’Algérie prône la paix et œuvre pour son instauration dans les pays voisins, assurant que le pays est en mesure de relever tous les défis qui se présentent à lui aujourd’hui.

En marge de la cérémonie de sortie de la 49e promotion de l’Ecole nationale d’administration (ENA), le chef de la diplomatie algérienne a assuré qu’« aucune déclaration d’un responsable étranger ne peut nuire à l'Algérie de quelque manière que ce soit ».

« L'Algérie est un Etat fort, porteur d’une grande histoire de lutte contre le colonialisme, doté d’une armée forte et animé par une volonté à toute épreuve. Aussi, il ne faut pas craindre les défis », a soutenu M. Boukadoum, soulignant que « les défis sont de taille mais il ne faut pas les redouter ».

Sur l’insécurité qui règne dans plusieurs pays frontaliers, le ministre des Affaires étrangères explique « l'Algérie, qui a des frontières avec sept pays, prône la paix et œuvre pour son instauration dans les pays voisins, ainsi que pour le règlement de tous les conflits, que ce soit en Libye ou au Mali ». Il précise que l'Algérie « suit l’élection au Niger de même que la situation au Sahara occidental, en Mauritanie et en Méditerranée ».

À lire aussi :  Réduction du nombre visas pour les Algériens : Un député français s’insurge

Au sujet du retour en Algérie du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, après plusieurs semaines de convalescence, Boukadoum assure que le pays va maintenant passer à la vitesse supérieure pour relever les différents défis extérieurs. « De nombreuses questions nécessitent la présence du Président, et avec son retour, l’Algérie va passer à la vitesse supérieure pour relever tous les défis qui se posent à elle aujourd’hui », a-t-il déclaré.