Un rassemblement se tiendra demain, samedi 9 janvier, devant le Consulat d’Algérie à Créteil, en soutien à la jeune Algérienne agressée par deux agents de sécurité. En proie à la précarité, la jeune femme s’était, pour rappel, présentée au consulat pour solliciter une aide financière.

Le rassemblement aura lieu demain à 13h30 devant le Consulat d’Algérie à Créteil, selon le Parisien. Plus de 20 jours après son agression, l'étudiante algérienne en garde encore les séquelles. Elle souffre, selon la même source, de nombreuses blessures sur le bras, le genou et de douleurs au bas du ventre et dans le dos.

C'est le 18 décembre dernier que la jeune Algérienne s’est présentée au consulat pour solliciter une aide financière. « Je suis tombée malade en octobre, je ne pouvais pas travailler et j'avais des factures d'ambulance à payer », avait-elle confié. L'assistante sociale qui l’avait reçue lui avait répondu que dans l'immédiat, elle ne pouvait rien faire pour elle, mais qu'elle pouvait se rapprocher du consul.

C'est durant son attente dans « le hall » que la situation aurait dégénéré. « Un homme s'est présenté comme étant le chef de sécurité du consulat pour me dire que le consul ne voulait pas me recevoir ». Entre-temps, un agent d'accueil intervient pour la « sortir de force ». « Ils m'ont pris tous les deux par les bras et m'ont traînée au sol jusqu'à un ascenseur », affirme la victime dans son procès-verbal. C’était à ce moment-là que la jeune Algérienne aurait reçu des coups de pied et des tapes sur la tête.

Traînée dans l'ascenseur jusqu'au parking

« Le militaire m'a tiré les cheveux en m'insultant : Tu vas voir, je vais te ligoter, la prochaine fois que tu rentres en Algérie tu verras ce qu'ils vont faire de toi », a-t-elle raconté. Une fois arrivée au parking en sous-sol, le militaire aurait continué à l'insulter et à la menacer. « Ils m'ont pris ma veste, mon sac et mon portable. J'étais choquée, je ne faisais que pleurer. » Elle profite de l'ouverture du portail pour s'échapper. Une femme, qui passait par là à cet instant, intervient et appelle la police.

« Nous avons toujours dénoncé les actes de violence et le climat détestable dans les consulats de France », fustige l'association ADDRA « Algériens des deux rives et leurs Amis », qui accompagne la jeune étudiante dans ses démarches. Un certificat médical atteste de différentes blessures, principalement des hématomes. Jeudi, l’Algérienne souffrait encore d'une douleur au genou persistante.

Lire aussi : L'étudiante algérienne agressée au consulat de Créteil saisit la justice