Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, devrait retourner en Allemagne dans les prochains jours pour poursuivre ses soins et subir éventuellement une intervention chirurgicale au niveau du pied. C'est ce qu'a rapporté, samedi 9 janvier, le quotidien arabophone El Khabar, citant des « sources sûres ». 

D'aucuns auront remarqué que le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, portait une attelle au pied lors de son apparition médiatique au lendemain de son retour en Algérie. Il s'avère qu'elle lui a été posée par ses médecins traitants suite à une complication du coronavirus, qu'il avait contracté en octobre dernier.

Pour s'en débarrasser, il devrait retourner en Allemagne pour suivre une thérapie et subir éventuellement une intervention chirurgicale. Ce suivi médical serait nécessaire pour éviter d'autres complications au chef de l'Etat, notamment une immobilisation du pied.

Selon le journal arabophone El Khabar, Abdelamadjid Tebboune devait suivre cette thérapie juste après sa convalescence. Elle a été reportée pour permettre au président de rentrer au pays à cause de ses obligations professionnelles, étant donné qu'il devait expédier quelques dossiers urgents et signer la loi de Finances 2021.

« Il n'y a pas urgence »

« Il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour le Président qui a effectué de nombreuses activités depuis son retour. Pour preuve, le traitement de cette complication a été décalé car il ne constitue pas une urgence médicale », indique une source d'El Khabar.

À lire aussi :  Le ministre de la Justice au Maroc pour remettre l'invitation de Abdelmadjid Tebboune à Mohammed VI

Pour rappel, le chef de l’Etat est rentré au pays le 29 décembre 2020 après une longue absence qui a duré plus de deux mois. Période durant laquelle il a séjourné en Allemagne où il a été pris en charge après sa contamination à la Covid-19.

Quelques semaines plus tôt, le staff médical avait recommandé à Abdelmadjid Tebboune d’observer un confinement volontaire de cinq jours, après avoir constaté que plusieurs cadres supérieurs de la présidence de la République et du gouvernement présentaient des symptômes du coronavirus.