Le ministre algérien de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a réagi, jeudi 14 janvier, aux informations faisant état du partage avec la Tunisie du vaccin anti-Covid-19 qu'importera l'Algérie sous peu. Intervenant sur la chaîne Russia today, le ministre, tout en confirmant la demande de la Tunisie, a précisé que la question n'était pas encore tranchée par le gouvernement algérien.  

« L'Algérie, le Maroc et la Tunisie sont des pays frères qui ont le même passé, les mêmes coutumes et un même avenir. C'est dans notre nature en tant qu'Algériens et musulmans de partager ce que nous avons », a assuré Benbouzid. Et de préciser : « La demande de la Tunisie concernant le vaccin va être étudiée par le gouvernement ».

Pour Abderrahmane Benbouzid, la question de l'octroi d'un lot du vaccin anti-Covid-19 aux Tunisiens est possible : « Quand le vaccin sera là, il est possible de le partager avec la Tunisie », a-t-il indiqué. Ces déclarations du ministre de la Santé interviennent au lendemain de l'annonce faite les hauts responsables tunisiens et selon laquelle l'Algérie serait prête à partager son vaccin avec la Tunisie.

En effet, le ministre tunisien des Affaires étrangères, Othman Jarandi, avait affirmé, mercredi 13 janvier, que son homologie algérien lui avait promis de livrer à la Tunisie un lot du vaccin contre le coronavirus dès sa réception par l’Algérie.

À lire aussi :  Espagne : Tout savoir de la prise en charge des migrants mineurs

Urgence sanitaire en Tunisie

Le frère du président tunisien Naoufel Saïed a également affirmé, durant la même journée sur sa page Facebook, que le chef de l’Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune, avait décidé de partager avec les Tunisiens le vaccin anti-coronavirus qu’acquerra l’Algérie.

Il faut dire que la Tunisie a grandement besoin de ce vaccin, elle qui fait face à une recrudescence spectaculaire du nombre de contaminations quotidiennes. Cela d'autant plus que le vaccin qu'elle a commandé n'arrivera qu'au mois d'avril prochain. Face à la résurgence du coronavirus, le président Kaïs Saïed a donc ordonné au gouvernement de multiplier les contacts et de prendre attache avec les pays voisins et autres pour leur demander une aide.