Le Porte-parole du gouvernement algérien Ammar Belhimer a nié l’existence d’un quelconque "conflit autour du pouvoir" en Algérie. Le responsable affirme que les allégations sur l'existence de tiraillements dans la sphère du pouvoir ne sont que de "pures rumeurs visant à attenter à la stabilité du pays".

Dans un entretien accordé jeudi, au site d'information en ligne "DZ 54", Ammar Belhimer a nié l’existence d’une guerre de clans au sommet de l’Etat algérien. Le ministre de la communication affirme que "c’est le pouvoir qui combat les ennemis et mène une course contre la montre pour édifier une nouvelle Algérie, novembriste d’esprit et démocratique dans la démarche".

Le Porte-parole du gouvernement indique que les personnes qui tentent de faire croire "le mensonge d’un prétendu conflit savent très bien que le peuple algérien, qui a élu son président de manière démocratique et transparente, lui confère la légitimité qui manquait à l’ancien régime", a-t-il indiqué.

Pour Ammar Belhimer, les allégations sur l'existence de tiraillements dans la sphère du pouvoir ne sont que de "pures rumeurs visant à attenter à la stabilité du pays, semer la zizanie et le doute au sein du peuple pour justifier le concept ‘’de la transition institutionnelle’’ imposée à la Libye et à d'autres pays, à travers ce qui a été appelé ‘’révolutions colorées’’ qui ne sont en réalité que chaos et destruction massive", a-t-il souligné.

Par ailleurs, le ministre de la communication a indiqué que la mouture de l'avant-projet de loi organique portant régime électoral comportait des "solutions efficaces pour l'éradication de la corruption qui a entaché la réputation de l'Algérie et miné le rendement de ses institutions, y compris les institutions élues qui ont usé d'argent sale et de corruption pour acheter des voix et les consciences et écarter les compétences intègres".