Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a assuré que l’Algérie serait au rendez-vous pour lancer la campagne de vaccination contre la Covid-19, à la fin du mois en cours. Cependant, une semaine avant la fin de l’échéance fixée par le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, aucune date n’a été communiquée concernant l’acquisition du vaccin russe Spoutnik V.

En effet, une semaine avant la fin du mois de janvier, l’Algérie n’a toujours pas réceptionné les premières doses du vaccin russe Spoutnik V. Pour le professeur Khiati, la communication autour du vaccin s’est caractérisée depuis son début « par un aspect relativement négatif », et aujourd’hui, on assiste « à une véritable cacophonie », estime-t-il. Le praticien de la santé déplore, en outre, les déclarations des membres du comité scientifique qui, selon lui, sont « souvent contradictoires ».

Donc, une semaine avant la fin de l’échéance fixée par Abdelmadjid Tebboune, aucune date concernant le début de la vaccination n’a été communiquée. Même si, pour le professeur Khiati, « les chiffres stationnaires relatifs aux contaminations à la Covid-19 traduisent l’existence de clusters. Le virus est en train de circuler même si les contaminations sont plus réduites. Le bilan des contaminations se maintient à des niveaux supérieurs à 200 cas journaliers », explique-t-il dans une déclaration au site électronique TSA.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Par ailleurs, le membre du comité scientifique, Ryad Mahyaoui, a déclaré que la situation d’urgence que connait aujourd’hui l’Algérie « ne permet pas au citoyen de choisir le vaccin qu’il souhaite ». Précisant que la campagne de vaccination débutera dès la réception des premières doses de l’un des vaccins. Il rassure également que les vaccins qu’a choisi l’Algérie ont montré leur efficacité et que la « vaccination reste la seule arme contre le coronavirus ».

Lire aussi : Covid-19 en Algérie : La vaccination pour qui, quand et comment ?