Les autorités algériennes ont accusé dans une allusion à peine voilée le Maroc d'introduire la drogue en Algérie. Et pas uniquement le kif traité, mais aussi la drogue dure, à l'instar de la cocaïne. C'est ce qui ressort du bilan 2020, présenté ce mardi 26 janvier par les douanes algériennes.

C'est qu'en matière de saisie de drogue, le bilan de l'année 2020 est vraiment lourd pour l'institution douanière. Et le directeur de la lutte contre la contrebande et les stupéfiants à la Direction générale des douanes (DGD), Mohand Arezki Hennad ne se fait pas prier pour dire d'où vient toute la drogue qui inonde l'Algérie depuis des années.

"Nous connaissons tous sa source. Elle vient de l'ouest du pays" a estimé le responsable sur les ondes de Radio Alger international. Lors de son intervention, Mohand Arezki Hennad a révélé les chiffres astronomiques qui touchent à la quantité de drogue introduite en Algérie, majoritairement à partir du territoire de nos voisins marocains.

Des chiffres qui font peur

En effet, les douanes algériennes ont saisi durant l'année 2020 pas moins de 16 tonnes de kif traité et plus de 1.5 de comprimés psychotropes. Le haut responsable des douanes précisera que la majorité de cette drogue a été introduite en Algérie, à partir du Maroc voisin. Il faut préciser que la drogue n'est pas en reste puisque l'institution douanière a saisi en 2020 plus de 18 kilogrammes de cocaïne.

Les chiffres font peur parce que des interrogations subsistent sur la quantité de drogue passée entre les mailles du filet. D'autant plus que les responsables de la DGD n'ont évoqué que la drogue saisie par leurs services. Il faut donc prendre en compte les différentes quantités de drogue que les services de sécurité et autres militaires et gendarmes ont saisie.

Lire aussi : Algérie : Arrestation d’un important baron de drogue recherché depuis 2014