Convoqué en tant que témoin dans le dossier de l'ex-ministre de la Justice, Tayeb Louh, l'ex-Premier ministre, Noureddine Bedoui a failli être inculpé, a rapporté le journal arabophone El Khabar. Son témoignage a failli être retenu contre lui, indique la même source.

Dans ses déclarations, Bedoui a cité une affaire remontant à 2017 qui concerne une vielle connaissance à lui. Une femme, en fait qui venait de perdre sa fille vivant avec elle. La défunte a laissé une petite fille qui voulait rester avec ses grands parents. Mais son père la réclamait.

Sa belle famille ne voulait cependant rien entendre tant elle tenait à la petite fille. Un bras de fer s'en est ainsi suivi et la situation a failli même dégénérer. Après s'en être probablement emporté, le grand-père s'est retrouvé d'ailleurs en prison.

"Des juges malmenés"

Devant la tournure qu'avait pris cette histoire, la grand-mère s'en est remise à Noureddine Bedoui qu'elle connaissait depuis plusieurs années. Ce dernier alors ministre de l'Intérieur avait pris contact avec son collègue au gouvernement, le ministre de la Justice, Tayeb Louh. Il lui a alors demandé de l'éclairer en lui soumettant l'affaire. Il a voulu son avis de juriste concernant le droit de garde dans ce cas de figure.

C'est en tout cas ce qu'a soutenu l'ancien Premier ministre qui avait cru alors que l'affaire en était restée là. Ce n'était visiblement pas le cas. Tayeb Louh a, semble t-il, poussé les choses plus loin en ordonnant, après l'appel de Bedoui, de faire sortir le grand-père de la prison.

Devant leur réticence d'appliquer ces instructions contraires à la réglementation, des juges et des procureurs en relation avec l'affaire ont été malmenés et pour ainsi dire "punis". Cette histoire a failli, en fait, mener l'ancien Premier ministre Noureddine Bedoui en prison, indique-t-on.