L'émission "Li Fat Mat" de la chaîne privée Echourouk TV a été suspendue par l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV). Cette décision prise mercredi 27 janvier s'explique par les "dérives professionnelles et éthiques" constatées lors d'un numéro diffusé le 6 janvier, indique un communiqué de l'ARAV, repris ce jeudi par l'agence officielle, APS.

Selon la même source, le numéro incriminé a traité de l'histoire de deux filles et leur père diffusée le 6 janvier. Lors de la diffusion de ce numéro qui traitait de l'histoire de Nadia, Sabrina et leur père, l'ARAV dit avoir relevé des "dérives professionnelles et éthiques". Cela a conduit l'Autorité à convoquer le directeur de la chaîne.

L'ARAV fait savoir que le patron de la chaîne a "admis une erreur dans le traitement du sujet", mais "tenté de donner des précisions sur le contexte général et la teneur de l'émission avant d’être, selon lui, censurée, en imputant la responsabilité à la commission de contrôle de la chaîne".

L'Autorité de régulation de l'audiovisuel n'explique clairement ce qui est reproché à l'émission, mais estime que le numéro du 6 janvier a donné "une image dégradante des relations enfants-père" et a provoqué "le mécontentement de la famille algérienne et de l'opinion publique". "Il s'agit d’une faute professionnelle qui porte atteinte aux valeurs sociales" ajoute l'ARAV.

À lire aussi :  Après 60 ans d'activité, Caritas Algérie a dû fermer ses portes

Atteinte aux valeurs sociales

Le communiqué rappelle en outre que "le traitement de tels sujets sensibles et complexes exige du professionnalisme et la mise à contribution de spécialistes capables d’apporter un plus aux téléspectateurs et de proposer des solutions concrètes à ces phénomènes, ce qui n’a pas été fait lors de cette émission". Cela a "provoqué l'effet inverse et attenté à la sacralité des liens familiaux" est-il ajouté.

Ce n'est pas la première fois que la chaîne privée Echourouk TV est interpellée par l'ARAV. En juillet, l'Autorité a averti le média suite à la diffusion d'une émission vantant ... le tabac à chiquer présenté comme un remède contre le coronavirus. A cette occasion, l'ARAV avait condamné "sévèrement ce genre d’émission versant dans l’ignorance et la mystification".

Lire aussi : Algérie : Des journalistes de la chaîne II et de TV4 dénoncent Echourouk TV