Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, est appelé à présenter, début février, la déclaration politique générale de son gouvernement devant les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN). Selon des milieux officiels, le chef du gouvernement présentera, ensuite, conformément à la nouvelle Constitution, la démission de son équipe politique.

En effet, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad est occupé, selon des sources du quotidien arabophone El Khabar, « à mettre les dernières retouches » avant de présenter la démission de son gouvernement. Cette procédure interviendra juste après la présentation, début février, du bilan annuel du gouvernement devant les élus de l’APN.

Notons que les déclarations du chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, avant son départ pour l’Allemagne afin de poursuivre ses soins, dans lesquelles il avait critiqué le travail du gouvernement, prévoyaient des « décisions décisives ». Selon la même source, il s’agirait de la révocation du gouvernement ou peut-être le changement de certains de ses membres, en attendant les résultats des prochaines élections législatives.

« Un échec politique et social »

Les ministres du gouvernement technocrate de Djerad sont « sévèrement critiqués » en raison de leurs incompétences ou de leur échec. C’est ce qui a provoqué une grande controverse au sein de la société, qui voit cette équipe politique est basée sur « la loyauté et non sur les compétences ». Selon plusieurs observateurs, le gouvernement d'Abdelaziz Djerad a échoué à faire face à la crise sanitaire de la pandémie du coronavirus, il a également échoué à gérer des « crises simples », telles que la rareté de liquidité, les pannes d’électricité, les coupures d’eaux et d’internet, en invoquant à chaque occasion « la conspiration » pour justifier ses échecs.