Un Algérien de 40 ans sera confronté à la justice française mardi 2 février pour viol et menace de mort sur une Algérienne. Alors que le mis en cause clame son innocence, son avocat évoque des soucis psychologiques. Le verdict de son procès sera rendu le jeudi 4 février.

Mohamed B, un Algérien de 47 ans, comparaitra mardi aux assisses de Seine-et-Marne, en Île-de-France. Il est accusé de viols, de violence et de menace de mort sur une femme algérienne qu’il voulait épouser malgré elle. Des faits qui auraient été commis par le quadragénaire en 2018 à Melun.

Lors de son interrogatoire, le mis en cause nie en bloc tous les faits qui lui sont reprochés. Il explique que sa relation avec la victime remonte à quelques semaines, après l’avoir rencontrée sur une application de rencontres. Puis, il donne une toute autre version, le couple serait formé en 2017 et « les nombreuses relations sexuelles auraient été consenties ». Selon lui, il aurait donné 15 000 euros à la victime pour un mariage blanc. Aujourd’hui, il clame son innocence et déclare qu’il ne comprend pas « pourquoi elle voulait compliquer les choses ».

Par ailleurs, l’expertise psychologique a révélé que l’homme de 47 ans a « d’importantes difficultés à l’introspection », et le désir de conserver « une image d’homme fort et assuré ». Évoquant « un dynamisme égocentrique » avec « une incapacité de se trouver des défauts ».

À lire aussi :  En Kabylie, l'arbitrage d'un tournoi de football par des femmes fait polémique

L’expert préconise un suivi et rappelle que le mis en cause a déjà été condamné en Algérie à 12 de prison ferme pour enlèvement, atteinte à la pudeur et violences. Selon des membres de sa famille, « il a fait le choix de partir en Europe car il n’était plus le bienvenu en Algérie ».

Lire aussi : Algérie : Une fille de 16 ans enlevée et violée par trois individus à Boumerdes