Le verdict est tombé, dans la nuit de lundi 1er février 2021, dans l'affaire du détenu d'opinion, l'étudiant Walid Nekiche. L'activiste du Hirak a été condamné à six mois de prison ferme et devra retrouver sa liberté aujourd'hui mardi 2 février, a indiqué le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

En fait, Walid Nekiche a purgé sa peine, lui qui se trouve en prison depuis plus d'une année. Originaire de la wilaya de Tizi-Ouzou, en Kabylie, cet universitaire a été arrêté lors d'une marche estudiantine tenue le 26 novembre 2019, à Alger. Depuis, il a été placé en détention provisoire.

Le jeune étudiant qui a écopé donc d'une peine de six mois de prison ferme assortie d'une amende de 20 000 dinars était poursuivi pour "distribution et possession de tracts pouvant porter atteinte à l’intérêt du pays", précise le CNLD.

Pour rappel, le procureur près le tribunal de Dar El Beïda à l'est d'Alger, a requis la réclusion à perpétuité contre le détenu. Un réquisitoire qui a surpris plus d'un et a soulevé l'indignation en Algérie.

Soulagement après l'indignation

Lors de son procès, Walid Nekiche a fait de graves révélations. Il a en effet affirmé qu’il avait été victime d’agression sexuelle et physique lors de son interrogatoire. C’est ce qu’a rapporté le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). Des révélations qui ont fait réagir les acteurs et militants politiques algériens qui ont demandé que justice soit faite.

A noter que l'autre détenu d'opinion qui a comparu avec Walid Nekiche lundi 1er février, à savoir Kamel Bensaad, a été, quant à lui, acquitté et devrait quitter la prison ce mardi aussi, a rapporté le CNLD.

Âgé de 43 ans, ce dernier, également originaire de Kabylie, a été arrêté le 26 novembre 2020 et placé en détention préventive. Il va sans dire que ce verdict a suscité un grand soulagement chez les familles des deux détenus, leurs proches et autres citoyens.