A l'instar des autres secteurs économiques, celui des boissons alcoolisées est lourdement impacté par la crise sanitaire. Les gérants de bars, de bars restaurants et de dépositaires de boissons alcoolisées, de la wilaya de Annaba sont montés au créneau pour dénoncer la fermeture de leurs commerces depuis bientôt une année. Ils affirment qu'en plus des très lourdes conséquences financières subies, le secteur a perdu plus de 3000 postes d'emploi.

Ainsi, le collectif des gérants de bars, de bars restaurants et des dépositaires de boissons alcoolisées, ont adressé une lettre au wali de Annaba pour lui demander de leur permettre de rouvrir leurs commerces. «Nous voulons vous faire part de la situation extrêmement précaire dans laquelle nous nous retrouvons actuellement, et pour laquelle nous sollicitons votre haute autorité à l’effet de nous permettre la reprise de nos activités, en conformité avec toutes les règles et obligations sanitaires et d’hygiène, y compris le strict respect du protocole sanitaire relatif à la lutte contre la Covid-19.» ont-ils écrit dans cette lettre.

Ces opérateurs dans le secteur des boissons alcoolisées affirment qu'ils ont perdu plus de 3000 postes d'emploi. Ils ajoutent que la fermeture de leurs commerces a encouragé la prolifération de lieux de vente clandestins. Le collectif révèle que cette activité clandestine dépasse de loin celle du secteur légal, avec un manque à gagner se chiffrant en milliards de dinars au Trésor public en Algérie.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Mêmes inquiétudes à Tizi Ouzou et Bejaïa

Il faut signaler que ce mouvement de protestation ne touche pas seulement la wilaya de Annaba.  Les gérants de bars, bars restaurants et dépôts de boissons alcoolisées des wilayas de Tizi Ouzou et Béjaïa, en Kabylie, ont décidé d'ouvrir leurs commerces le jeudi 4 février. Cette opération a connu une réussite dans la wilaya de Bejaïa.

En ce qui concerne Tizi Ouzou, le manque de coordination entre les tenanciers de ces commerces a fait échouer l'opération. D'ailleurs, la police n'a pas eu de difficultés à fermer les quelques commerces qui ont tenté d'ouvrir leurs portes.

Lire aussi : Algérie : 1400 entreprises de boissons ont fermé leurs portes en 2020