Algérie : Partis de Skikda, 20 harraga portés disparus en mer

Vingt migrants clandestins (harraga) sont portés disparus en mer depuis leur départ jeudi 4 février depuis les côtes de Skikda, dans l'est de l'Algérie. Leurs familles et proches ont organisé lundi 8 février un rassemblement pour demander aux pouvoirs publics d'agir afin de les retrouver.

Devant les écrans des chaînes TV privées, certains participants n'ont pas manqué d'interpeller les autorités pour qu'ils retrouvent les harraga disparus. D'autres ont fait savoir que les gardes-côtes ont mobilisé trois hélicoptères pour retrouver les disparus. Ils se sont envolés d'Alger, de Jijel et de Annaba pour effectuer les recherches.

Les 20 migrants clandestins disparus ont pris la direction de l'Italie, selon leurs proches rassemblés en ville. Il s'agit de 14 jeunes de la ville de Collo, dans la wilaya de Skikda, 4 autres de la capitale, Alger et les 2 derniers de Tiaret, dans l'ouest de l'Algérie.

Société « L'immigration tue » : CNews écope d'une amende de 60'000 euros

L'inquiétude des proches des harraga est grandissante, particulièrement leurs parents qui frôlent le désespoir. Surtout que sur les réseaux sociaux, différentes informations contradictoires circulent, ajoutant au désarroi des familles. D'ailleurs, certains proches n'ont pas hésité à dénoncer les publications sur la Toile qui ne reposent sur aucune information officielle.

"Aujourd'hui, il n'y a aucune information sur leur présence quelque part. Ni en Italie, ni en Tunisie" affirme un jeune qui participait au rassemblement des familles au centre-ville de Skikda. Il appellera les internautes à ne pas diffuser des informations non-officielles qui accentueraient la douleurs de leurs parents déjà désarçonnés par la disparition de leurs enfants.

Pour rappel, 23 jeunes harraga algériens n'ont pas donné signe de vie depuis leur départ le 17 décembre 2020 des côtes de la wilaya de Bejaïa. Ils devaient se rendre en Espagne, mais depuis qu'ils ont quitté le littoral algérien, ils sont portés disparus. Leurs familles sont toujours sans nouvelle d'eux.

Lire aussi : Harraga en Algérie : Trois pompiers et un infirmier gravement accusés

Société Le nombre d'étudiants algériens en France en hausse


Vous aimez cet article ? Partagez !