Treize députés français tentent de venir au secours des couples franco-algériens séparés suite à la fermeture des frontières à cause de la crise sanitaire liée au coronavirus. Dans une tribune publiée par le Journal de dimanche (JDD), les 13 parlementaires appellent les gouvernements français et algérien à se pencher sur ce cas. 

« L'Algérie a décidé voilà 10 mois de fermer ses portes à la pandémie. La France en a fait de même provoquant ainsi des milliers de drames humains et de séparations. 2020 restera dans les mémoires comme une année noire pour les gens qui s'aiment », rappellent d'emblée ces députés.

Ces derniers évoquent les incohérences de la procédure mise en place dernièrement par la France permettant aux couples non mariés et non-pacsés, que la crise sanitaire a séparés, de se réunir à nouveau. Une procédure appelé « Love is not tourism » adoptée d'ailleurs dans plusieurs pays européens.

« L'amour rayonne partout dans le monde sauf entre la France et l'Algérie »

Ce procédé qui a permis, notent les mêmes députés, à 2 500 couples de se retrouver n'est cependant pas accessible aux couples franco-algériens. « L'amour rayonne partout dans le monde sauf entre la France et l'Algérie… En effet, si peu à peu, la France avait rouvert ses frontières au monde extérieur, l'Algérie quant à elle, restait toujours fermée.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Ainsi, le "Love is not tourism" est impossible à mettre en œuvre entre les couples franco-algériens, qui sont les grands oubliés de cette procédure. Séparés depuis des mois, éloignés de leur moitié, des dizaines de couples vivent une souffrance silencieuse, une souffrance injuste, une souffrance violente…», déplorent les 13 parlementaires français.

Ces derniers s'en remettent donc aux responsables des deux pays, leur demandant de prendre en charge leur doléance qui est celle de dizaines de couples séparés par les restrictions sanitaires. « Nous appelons les gouvernements français et algérien à trouver une solution rapide et concrète pour que chacune et chacun puissent se retrouver pour continuer à construire sa vie. Ensemble », concluent-ils.