Un député de l'émigration a saisi le ministre des Affaires étrangères au sujet du rapatriement des dépouilles des Algériens décédés à l'étranger. Il s'agit de Noreddine Belmeddah qui a demandé au MAE d'intervenir pour l'application de la note portant la prise en charge par l'Etat de ce genre d'opérations. 

Dans une correspondance adressée, dimanche 14 février, au ministre des Affaires étrangères, Noreddine Belmeddah évoque certaines représentations diplomatiques algériennes à l'étranger qui, selon lui, feraient fi de cette note. Pis encore, ces dernières, accuse-t-il, induisent en erreur les ressortissants algériens établis à l'étranger en leur disant que ladite loi a été annulée.

Il cite, à ce titre, le Consulat d'Algérie à Milan, en Italie, qui a refusé, toujours d'après le député, de prendre en charge le rapatriement de la dépouille d'un Algérien décédé récemment dans ce pays. Le parlementaire révèle qu'un chef de service au niveau de cette structure a clairement signifié que ces opérations n'étaient plus à la charge de l'Etat.

Livrés à eux-mêmes, les membres de la famille du défunt, démunie financièrement, ont opté pour une quête afin de rassembler la somme nécessaire au rapatriement du corps de leur proche et permettre ainsi son enterrement au pays, regrette Belmeddah. Le député a d'ailleurs demandé au MAE d'ouvrir une enquête pour tirer au clair ce fait, qu'il a vivement condamné.

À lire aussi :  Le budget « immigration, asile et intégration » revu à la hausse pour 2023

Le cas des harraga évoqué

Par ailleurs, dans sa déclaration publiée sur sa page Facebook, le même parlementaire a soulevé le cas des jeunes qui ont rallié différents pays étrangers à travers l'émigration clandestine. Sans passeport pour la plupart d'entre eux, ces jeunes, indique Belmeddah, veulent rentrer au bercail. Mais faute de moyens, ils sont toujours bloqués à l'étranger. Dans sa correspondance, le député a invité le ministre des Affaires étrangères à faire le nécessaire afin de permettre à cette catégorie d'Algériens de rentrer au pays.