Le chef de l'Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune, s'adressera ce jeudi 18 février à la nation. Officiellement, c'est à l'occasion de la Journée nationale du Chahid, célébrée le 18 février de chaque année. Mais rien n'indique que Tebboune ne débordera pas sur l'actualité politique et les événements récents sur la scène nationale.

En effet, Abdelmadjid Tebboune s'adressera à la nation ce soir à 20 heures. Rien n'a filtré sur le contenu de son discours, mais il est aisé de deviner certains axes distillés par certains de ses « invités » politiques reçus dans le cadre du dialogue, notamment Abdelaziz Belaïd, président du Front el Moustaqbal, et Soufiane Djilali, président de Jil Jadid.

En fait, il est fort probable que le chef de l'Etat annonce un remaniement partiel du gouvernement. Selon Soufiane Djilali, Tebboune ne serait pas satisfait du rendement de certains ministères. Il n'a, cependant, pas dévoilé les départements concernés par le changement. Le chef de l'Etat est particulièrement attendu sur cette question, notamment après les critiques infligées au gouvernement de Abdelaziz Djerad.

Vers la dissolution de l'APN ?

Il est également question de la dissolution de l'Assemblée nationale que certains partis souhaitent. Abdelmadjid Tebboune pourrait aborder ce sujet, mais il faut dire que cela va être difficile car certains acteurs politiques ont annoncé leur désaccord avec cette idée. Le chef de l'Etat a-t-il déjà pris la décision de dissoudre l'APN et de convoquer des élections législatives pour la veille de l'été ?

Il en parlera peut-être lors de son discours de ce jeudi soir. D'autant plus qu'à son retour d'Allemagne, Tebboune a rencontré des membres de la Commission de Ahmed Laraba, chargée de rédiger un avant-projet de loi électorale. Il peut évoquer également la question de ce nouveau texte réglementaire qui fait grincer des dents parmi les acteurs politiques. Fera-t-il marche arrière sur les points que la classe politique a décriés ces dernières semaines ?

Tebboune parlera-t-il de son état de santé ?

En tout état de cause, les acteurs politiques attendent avec une certaine circonspection le discours du chef de l'Etat. Surtout qu'ils ne connaissent pas encore la totalité du contenu de sa feuille de route. Tous considèrent que l'année 2021 risque d'être cruciale pour la suite des événements. Que ce soit pour les partisans de la dissolution des assemblées locales et l'APN, ou pour ceux qui considèrent que l'organisation d'élections anticipées n'est pas une priorité en ces temps de crise.

Enfin, il faut dire que Abdelmadjid Tebboune sera très attendu sur sa santé. Beaucoup d'Algériens veulent comprendre son absence pendant près de trois mois, au départ pour contamination au coronavirus, ensuite pour une intervention au niveau du pied. Beaucoup de zones d'ombre persistent sur le sujet. Et c'est pour cela que les Algériens attendent des éclaircissements sur son long séjour en Allemagne. Surtout qu'ils vivent encore avec le « traumatisme » de l'état de santé de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika.

Lire aussi : Abdelmadjid Tebboune retourne en Allemagne pour raison de santé