Le ministère algérien de la Défense a rendu public, ce dimanche 21 février, un communiqué dans lequel il a démenti l'information faisant état de la participation de l'Armée algérienne (ANP) dans des opérations à l'étranger. Il qualifie ces informations d'intox et accuse ouvertement le Maroc voisin et Israël d'être derrière cette entreprise.

En effet, le ministère de la Défense nationale a violemment mis en cause les « services du Makhzen marocain et sionistes » dans les rumeurs qui ont circulé sur l'ANP. Des rumeurs qui faisaient croire que l'Armée algérienne participerait à des opérations à l'étranger, sur ordre de parties étrangères.

« Certaines parties et porte-voix de la discorde ont relayé via leurs pages et comptes subversifs sur les réseaux sociaux, des allégations dénuées de tout fondement, proférant que les actions et les opérations menées par l’institution militaire, au niveau interne et externe, répondent à des agendas et des instructions émanant de parties étrangères, et que l’Armée Nationale Populaire s’apprête à envoyer des troupes pour participer à des missions militaires en dehors de nos frontières nationales sous le chapeau de puissances étrangères dans le cadre du G5 Sahel, ce qui est faux et inadmissible », dénonce le MDN dans son communiqué.

« Cela relève de la Constitution »

Pour les rédacteurs du communiqué, les auteurs de ces « allégations dénuées de tout fondement » sont identifiés. Et ces allégations sont qualifiés d'intox. « Des intox qui ne peuvent provenir que d’ignares à la solde des services du Makhzen marocain et sionistes », fustige le MDN sans détour.

Cela dit, le MDN ne dit pas que l'ANP ne participera pas dans des opérations en dehors du territoire national. Il précise seulement que cette option relève de la Constitution de l'Algérie. Il rappelle, dans ce sens, que « la participation de l’Armée Nationale Populaire en dehors des frontières du pays relève de la décision du peuple algérien, conformément aux dispositions de la Constitution de la République »

Lire aussi : Une photo de l’ambassadeur algérien au Maroc provoque la polémique