Le nouveau ministre de l’Industrie, Mohamed Bacha, s’est exprimé, ce lundi 22 février, sur la réforme que son département est appelé à opérer. Il a reconnu, lors de la passation de consignes, que son équipe avait hérité d’un secteur affaibli.

En effet, Mohamed Bacha a pris, ce lundi, ses fonctions à la tête du ministère de l’Industrie. « Un secteur où, avoue-t-il, il faut faire beaucoup d’efforts ». Le nouveau ministre reconnaît, en effet, que sa nouvelle tâche, à savoir celle de remettre debout l’industrie nationale, « ne sera pas facile ». « Je travaillerai avec tout le monde pour mettre en place une stratégie efficace pour faire avancer l’industrie algérienne », a-t-il néanmoins assuré.

Dans le même contexte, le nouveau ministre a fait savoir que son effectif travaillerait pour créer « un climat propice à l’investissement », en développant « des stratégies qui feront avancer toutes les institutions industrielles de l’Algérie ». « Ce qu’a vécu le peuple algérien est une preuve qui montre que nous sommes capables de relever les défis pour aller dans la bonne direction », a-t-il conclu.

Pour rappel, Mohamed Bacha a été installé à la tête de ce département sensible en remplacement de Ferhat Aït Ali. Un ex-ministre dont les décisions, notamment dossier de l’industrie automobile, ont été largement remises en cause par le front social et les experts du secteur. Mohamed Bacha saura-t-il faire mieux là où son prédécesseur a failli ? A noter que ce nouveau ministre, docteur d’Etat en sciences économiques, a déjà occupé plusieurs fonctions, entre 2000 et 2014, au sein de ce même ministère.

Lire aussi : Algérie: Le président de l’APOCE répond à Ferhat Aït Ali