La fermeture des frontières de l’Algérie devra encore se prolonger. Le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune a, en effet, ordonné de garder les frontières algériennes fermées, afin de préserver le pays des nouveaux variants du coronavirus. C'était lors de la réunion du Conseil des ministres qu'il a présidé, ce dimanche 28 février.

La date de la réouverture des frontières de l’Algérie est loin d’être arrêtée. C’est ce qu’a laissé entendre Abdelmadjid Tebboune, en marge de la réunion périodique du Conseil des ministres qui s'est tenue ce dimanche 28 février.

Le chef de l'Etat a ainsi ordonné de poursuivre les mesures préventives pour endiguer la propagation du coronavirus, notamment en ce qui concerne la fermeture des frontières et de l'espace aérien, à la lumière des conditions sanitaires actuelles, caractérisées par la propagation de nouveaux variants du coronavirus plus contagieux. Il convient de rappeler que les frontières de l’Algérie sont fermées depuis mars 2020, dans le cadre de la lutte contre la propagation de l’épidémie de coronavirus.

L'Algérie se montre prudente face aux nouveaux variants du Covid

Par ailleurs, Tebboune a exigé d'élargir et de renforcer les enquêtes épidémiologiques, particulièrement celles concernant les cas infectés par le variant britannique du coronavirus, qui a fait son entrée en Algérie, afin d'assurer le plus grand degré de prévention.

À lire aussi :  Le Maroc profite de la faiblesse du gouvernement espagnol

Toujours dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, Abdelmadjid Tebboune a instruit le ministre de la Santé de poursuivre le programme de vaccination anti-covid, en tenant compte des recommandations d'experts et de spécialistes concernant la sélection des vaccins et l'étendue de leur efficacité contre les formes mutées du virus, tout en exploitant de manière optimale les quantités de vaccins disponibles.

Lire aussi :  Le retour au confinement n’est pas envisagé, selon Bekkat Berkani